Cinq minutes pour jouer

Simplicité volontaire, bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Month: November 2018

​La plus longue promenade et la plus petite glissade / petites histoires d’hiver

Nous sommes dehors depuis un petit bout de temps quand les enfants en viennent à s’éloigner davantage de moi, plutôt que de rester dans mon projet (pelter!), elles partent dans la cour.
Charlotte demande à Alice: “veux-tu aller dans le traîneau?! Je vais te promener. ” Alice, encore malhabile avec l’ensemble d’hiver s’y rends doucement. Elle décide de se coucher dans le traîneau parce que c’est plus simple que s’asseoir. 

Charlotte donc, tire sur la corde.

Le traîneau n’avance pas vraiment. Elle essais différente techniques et y parvient. Un centimètre à la fois. Alice rit à chaque mouvement un peu désordonnée du traîneau.

C’est qu’elle a prit le plus grand traîneau, beaucoup plus difficile a manoeuvrer que le petit. Le poids est mal répartit quand un seul enfant y est installé.

Elle tire donc. Se satisfait de chaque centimètre parcourue.

Voilà qu’elle as un plan précis en tête: faire descendre le traîneau sur un petit tas de neige qu’elle a fait, ce qu’elle nomme une glissade. Avant tout, le traîneau doit monter sur cette montagne miniature. Elle tire, le traîneau menace de basculer. Alice continue à se satisfaire de son expérience. Plusieurs minutes s’écoulent. Elle tire tellement fort qu’elle tombe sur les fesses. Grand rire partagée entre les deux soeurs. Elle y est parvenue.
Dans les minutes suivantes donc, elle complète un tour de la cour non sans difficultés avant de ramener Alice au point de départ. Oh mais j’ai aussi découvert a son retour que depuis le début j’avais mal compris un aspect de la situation: elle n’est plus Charlotte, elle est une mamie qui promène son bébé. Elle en est bien fière, déclarant : avec mon traîneau, je peut traîner mon bébé partout!!
(…..)
Le jour de la première neige, notre projet préféré a reprit vie: la volonté de créer une glissade gigantesque. C’est devenu un élément central du temps passé dehors depuis 2 hivers. Les enfants vont chercher de la neige dans toute la cour, la charge dans un traîneau et la dépose sur notre petite toute petite butte. On tappe avec nos mains pour la solidifier. On y travaille 15 ou 30 minutes. Puis on l’essaie. On commente sur l’avancement du projet. Le premier jour, elle devait faire 30 centimètre de haut. La satisfaction est aussi entière que si elle en faisait 300, c’est le résultat projeté, le rêve, qui les fait carburer. On est allée y travailler deux fois aujourd’hui. Elle doit atteindre le 80 cm ! 

Les

(….)
La valeur de l’observation

Fin de l’après-midi, les petites jouent sur le balcon avec des figurines d’animaux et des pelles. Puis elles s’arrêtent. Elle se figent. Des voisins peltent à plusieurs. Deux petites têtes curieuses les observent. Plusieurs minutes. Je ne sait pas pourquoi, j’ai encore un vieux réflexe qui y voit du négatif. Une peur du jugement. C’est absurde, personne ne trouverait bizarre que mes enfants regardent la télé, mais qu’elles observent la vraie vie en directe me donne l’impression qu’on pourrait penser qu’elles s’ennuient (et ont besoin d’un adulte pour les amuser, alors que ce qu’elles font les rends bien satisfaites!), etc…

Observer c’est pourtant plein de valeur. C’est aussi valide que tout le reste comme occupation. Pourtant j’ai l’impression que c’est quelque chose de moins répandue qu’avant. C’est rare qu’on voit des enfants aux fenetres, ou assis dehors, juste observant la vie quotidienne, non ? Je ne sait trop pourquoi…

Chère mère, je te vois

FB_IMG_1541766147385

Ou du moins je le souhaiterais. J’aimerais sincèrement te voir, voir être diffusé ces images de la parentalité réelle dans le monde moderne…

J’aimerais voir ton regard d’amour alors que tu réconforte ton bambin qui se remet d’une “banale” maladie infantile. Tes bras enveloppants. Ton désir sincère que ton amour apporte un peu de douceur à ses symptômes.

J’aimerais te voir heureuse. En balade en vélo dans le quartier alors que tu est fière, simplement. Juste comblée d’être avec eux. Quand chacun roule sur son petit vélo, qu’il y a des discussions ou des chansons, et qu’il n’y a aucun pépin, aucun négatif. Je te vois sourire alors que tu te sens à ton meilleur comme parent.

Oh. Comme j’aimerais voir.

J’aimerais voir ces moments de ta vie où être parent prends tout son sens. Ces secondes où la définition de larousse ne suffit pas pour exprimer l’étendu de ce rôle.

J’aimerais te voir pleurer alors que tu te demandes si ton enfant est normale quand il fait 20 crises en un jour, ou qu’il ne réponds pas à un critère de naître et grandir. Vulnérable dans ton amour sincère. Prête à se questionner, à chercher des réponses pour son bien.

Je veut te voir sourire en carressant ses cheveux alors qu’il dort et que ça te donnes l’impression d’avoir de nouveau devant toi ce petit bébé à qui tu as promis le monde. Je veut te voir même si sa perfection endormie te ravage certains jours, réveillant ta culpabilité : non, vraiment, ce n’est pas ce que tu avais imaginé. Quand tu vois sa beauté, son innocence, parfois tu voudrais lui offrir plus, être plus.

Je veut te voir quand c’est difficile.

À minuit le soir quand tu te demandes s’il fait du tirage, que tu attends d’avoir la ligne au 811 ou quand tu reste assise toute la nuit pour qu’elle dorme un peu mieux sur toi à l’horizontale malgré les sécrétions ou les vomissements.

Je veut te voir quand c’est merveilleux.

Quand elle accomplis des progrès qui t’épate, que tu constates que ça fonctionne ce que tu fais! Tu y arrives toi aussi, il semblerait, à être un “bon parent!”

Je veut te voir avoir l’impression que tu n’arrivera pas à traverser la journée, et pourtant y parvenir. Ta force incroyable. Je veut te voir être malade, avoir deux enfants brûlant de fièvre sur toi, et ne pas lâcher. Murmurer des “maman est là” entre les nausées. Et je veut te voir, soulagée, reprendre une vie plus douce alors que la maladie quitte doucement, que la température redescends…

Je veut te voir prendre des décisions difficiles.  Sentir le poids de tes responsabilités, l’impact  de tes choix sur la vie d’un petit être dépendant  de toi. Prendre action pour améliorer ta vie. Leur vie.

Parce que je le vit. Parce que c’est ça être parent. Parce qu’à ces moments là, ça prends tout son sens. Je suis une mère. Parfois c’est négatif. Souvent c’est positif.

Et ces moments là, comptent. Ils font de moi la mère que je suis.

Si on avait à mettre une image à côté du mot mère dans le dictionnaire, pour moi, ça serait un de ces moments qui raconterait le mieux. La complexité du rôle, des émotions, des responsabilités.

Je suis une mère.
Je veille. Je réconforte. J’encourage. J’aime. Je rit. Je pleure. J’espère.

Je suis une mère, mais aussi une photographe. Pour moi les images valent tout les mots. Je rêve que ces images puissent prendre vie, pour tout ce qu’elles signifient.

Je te vois. Ou plutôt je me vois. Et j’aimerais te voir toi aussi.

Savoir ce que ça signifie pour toi, être mère.

Parce que la maison n’est pas vide

Souvent, une erreur qu’on va faire va être de chercher à reproduire un milieu préscolaire chez soi. On va s’inspirer des cpe, de belles garderies. On va faire une mauvaise corrélation: si ce milieu réponds aux besoins des enfants, alors voici ce que je dois viser pour répondre aux besoins des miens.

On oublie une chose. Un cpe. C’est vide à la base. Sans vie. Personnes n’y habite.

Une maison, avant l’arrivé de l’enfant, c’est déjà remplis de quotidien. De matériel contenant des possibilités. On n’as pas besoin de tout acheter “pour enfant” parce que ce qu’on as déjà peut être suffisant.

On peut remplacer les jouets de bains en lui prêtant tasses à mesurer (on en a souvent en trop en plus), vieux plat de plastique qu’on perce, cuillères…

On peut remplacer le “bac d’eau” en le laissant jouer dans l’eau de vaisselle simplement.

La vaisselle jouet est remplacé par des plats, cuillères sortit de notre armoire.

Des doudous de bébé servent de déguisement, de capes, de cachettes…

Une chaise sert de tour d’observation.

Le matériel de tri par des éléments de la nature ou du quotidien.

On couche les poupées dans une boite ou un panier simplement..

Etc. etc.

Bref. C’est avec ça en tête que j’épure cette semaine. En gardant en tête qu’il n’y a pas de coupure entre la “salle de jeu”, et le reste de la maison. Et c’est parfait. Ses possibilités ne se résume pas à une pièce. Nos enfants ont une maison entière à explorer. Quelle richesse!