Cinq minutes pour jouer

Simplicité volontaire, bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Mois : septembre 2019 (page 1 de 3)

Nos bébés n’ont pas besoin de jouets à batteries.

Certains pensent que les bébés ont besoin de jouets lumineux et bruyants parce qu’ils ne sauraient pas jouer seuls…

Comme ils ne parlent pas, on s’imagine qu’ils ont besoin de quelque chose d’animé pour s’amuser plus facilement. On souhaite capter leur attention, les captiver, les émerveiller…

Et on oublie…
On oublie que pour eux tout est nouveau et fascinant sans avoir besoin d’artifices.

Qu’au fil du temps, leurs habiletés changent leur permettant de découvrir et redécouvrir de façon différente le monde autour d’eux chaque jour…

Nos bébés n’ont pas besoin de jeux à batteries.

Ils ont besoin plutôt d’être assis dans le gazon, de voir des fleurs, des feuilles, d’entendre les sons de différents endroits. De se laisser captiver par la lumière du soleil sur le plancher, la neige dehors.

Ils ont besoin de toucher du doux et du moins doux, d’observer en passant un objet d’une main a l’autre pendant plusieurs minutes. De sentir la différence entre durs et mou, entre léger et lourd, entre sec et mouillé…

Ils ont besoin d’entendre la voix humaine celle qui raconte, qui chante, la voix de maman et celles des autres. Et pourquoi pas d’entendre d’autres langues?

Nos bébés n’ont pas besoin de jeux à batteries.

Nos bébés ont besoin d’espace, de temps pour explorer les capacités de leurs corps, non d’être confinés dans des jouets supposément stimulants dans une position forcée. Ce qui est le plus stimulant c’est d’être par terre et libre d’explorer… Ils ont besoin de réaliser que lorsque tu tournes plusieurs fois sur toi-même, ce qui est autour de toi change.

Faites confiance à vos bébés, observez-les. Ce qui se passe devant vous est merveilleux.

Mes livres préférés et l’ordre dans lequel je suggère de les lire.

To view this content, you must be a member of Zoé's Patreon at $5 or more
Already a qualifying Patreon member? Refresh to access this content.

L’histoire du moment où elles ont basculés en mode collaboration / Ces journées de conflits

Chaque matin, elles se lèvent et alors il se produit l’une de ces deux choses :
– soit elles partent jouer ensemble dans leur monde imaginaire et alors je peux en conclure que c’est un départ pour une “bonne” journée
– soit elles cherchent à s’opposer, se chamailler et je peux déjà en conclure que ce sera une journée plus animé avec plus de gestion.

Oui, généralement à 7h10 je peux prédire ma journée (et je m’en sert pour ajuster ma façon d’être). Le problème avec cette donnée c’est qu’on obtient généralement ce à quoi on s’attends. Inconsciemment, on modifie notre comportement, on repère les indices qui vont de paire avec nos attentes.

(…)

C’est qu’en ayant 2 ans de différence, elles se retrouvent à franchir des étapes de développement qui les opposent. Les voilà à 2 ans et 4 ans. Toutes deux vivent un besoin de s’affirmer (à des niveaux différents) en simultané. Elles se font échos dans leur recherche de la position de meneur entres autres et certains jours c’est une lutte du lever au coucher.

Dernièrement, j’essaie de modifier ma perception. Plutôt que de n’en voir que la lutte, j’identifie le besoin de jouer seul, sans personne pour interrompre, modifier, imposer le cour du jeu. J’essaie de sortir de mes perceptions d’adulte, du bon et du mauvais. Je me donne la permission d’aller simplement vers ce qui fonctionne aujourd’hui.

Ce matin donc, le pattern qui se présente n’as rien d’exceptionnel dans une maison avec de jeunes enfants: l’une poursuit l’autre, celle-ci réagit de façon sonore et la roue tourne.

Je mets fin au cercle vicieux en proposant une activité en hauteur à la plus vieille. La petite, voyant l’absence de possibilité de continuer le jeu de comment-faire-crier-ma-soeur, part jouer. À un moment, la grande descends et la petite exige de prendre sa place parce que “je suis grande!”

Et puis, un moment banal. Un crayon tombe entre le congélateur et le mûr. Je ne réagit pas et j’observe, leur laissant l’initiative de régler le problème. Et c’est à ce moment qu’elles basculent vers le mode collaboratif. Une est couché sur le congélateur, guidant verbalement l’autre qui utilise le balais pour rapatrier le crayon.

Une bulle de coopération. J’essaie de rebondir sur celle-ci, en leur demandant de sortir le recyclage ce qui demande encore une fois de la coopération. En plus de répondre à leur besoin de se sentir utile dans la famille, d’utiliser leurs muscles.

Ensuite, retour vers les conflits. Je propose de nouveau des activités séparés.

Et puis, à 11h, ce que j’aurais souhaité entendre dès 7h10 se produit. Alice regarde Charlotte et lui propose : “Charlotte, on joue?”.

Et c’est le départ vers la bonne entente. Il semble que le reste de la journée ira mieux. 🌞

Réflexions autour des fêtes..

To view this content, you must be a member of Zoé's Patreon at $5 or more
Already a qualifying Patreon member? Refresh to access this content.

#produitrecu / Mes amis yogi

“Voulez-vous faire du yoga les filles?”

Quand une fan de ma page m’a proposé d’essayer son nouveau livre avec mes enfants, j’ai tout de suite accepté. Je suis une admiratrice du yoga de salon, avec mes enfants, un peu imparfait, pour le plaisir de connecter avec son corps.

Une chose que le yoga apporte aux enfants, au-delà du côté relaxation et respiration, c’est une grande fierté, un sentiment de compétence. Ils peuvent constater leur progression alors que leur équilibre, leur souplesse s’améliore. Le yoga, c’est une grande occasion de :”Maman regarde ce que je peux faire !!” Ils se sentent forts, ils se sentent bon, ils se sentent bien.

Le livre nous présente 12 animaux qui ont chacun une petite histoire décrivant à quel besoin répondra la séquence de yoga associé.

Ça permet de choisir rapidement une courte séance selon la situation qui se présente devant nous: pour se préparer à dormir ou au contraire pour se réveiller, pour travailler notre souplesse ou pour mieux digérer.

J’ai bien aimé la formule de séquences de quelques mouvements. Ça répond bien au temps d’attention naturel d’un enfant, et mes filles ont particulièrement apprécié le fait que chaque séquence ait son propre animal. Elles se sentaient interpellées par les situations présentées et ont eu du plaisir.

PS: Si vous remarquez, sur la deuxième photo, Charlotte baille spontanément pendant une pose favorisant la détente avant de dormir.. efficace 😉

Pour plus d’informations: http://sophiebenmouyal.com/mes-amis-yogis-2/

« Articles précédents