Cinq minutes pour jouer

Simplicité volontaire, bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Catégorie : repenser (page 1 of 4)

Pour avoir moins de jouets (graphique)

Et si on se préparait pour Noël?

Dans la pédagogie Waldorf, il y a cette importance accordée aux préparatifs qui résonne beaucoup avec moi. Lorsqu’une date spéciale approche, comme Noël, les enfants sont invités à créer, cuisiner, préparer, entendre. Les semaines précédentes Noël sont pour moi un moment clé d’apprentissages et de souvenirs en famille. Le fait de lier toutes ces activités aux préparatifs rend le tout plus motivant évidemment, et participe à savourer l’anticipation des temps festifs.

La période de célébration est nommée “festival”, et peut être adaptée à notre réalité: comme toutes les traditions, plus celles-ci nous ressemblent, plus c’est facile de les suivre. Voici donc une série d’idées et d’inspirations pour préparer Noël.

Une ambiance de Noël sur fond de musique et d’histoires

Pour mes petits, j’avais envie de créer des traditions fortes. J’avais envie qu’elles associent par exemple un CD de musique au mois de décembre de leur enfance (dans les faits, elles l’écoutent toute l’année haha). Avec la hausse des services sur demande incluant la musique, les bibliothèques, nos enfants ont beaucoup de variétés dans leur quotidien. C’est vraiment une richesse parfois, mais je trouve aussi qu’avoir quelques ancrages, toujours les mêmes, c’était important. J’ai donc une petite boîte dans mon sous-sol avec du matériel (livres, CD) qu’on ressort chaque année en décembre. C’est intéressant parce qu’alors qu’ils grandissent, ils retiennent des aspects différents de chaque histoire ou chanson.

Plateaux Montessori autour des cartes de Noël

Plusieurs enfants auront envie d’autonomie pour réaliser leurs cartes, et je trouve que c’est une très bonne occasion d’utiliser des plateaux inspirés de la pédagogie Montessori. Par exemple: en séparant en séquence les étapes pour fabriquer la carte, en créant un bricolage avec modèle dans un plateau. Une activité toute simple que j’aime bien consiste à créer des étiquettes-modèles (ou cartes en trois parties) contenant le nom des personnes significatives pour l’enfant. Selon son niveau de développement et ses intérêts, il peut reproduire les prénoms avec des lettres mobiles, dans le sable, en écrivant, avec les aimants d’un tableau magnétique.

Lorsque j’envoie une carte réalisée par mes enfants, j’ajoute toujours une mention demandant aux gens d’appeler l’enfant pour les informer de la réception. C’est vraiment excitant pour eux de constater le chemin parcouru, et l’efficacité de la poste.

Noël est fait de petits gestes

Au-delà des cadeaux, le temps passé ensemble. Personnellement, je crois que poser une série de petits gestes (coudre, donner, cuisiner, poster des cartes) qui ont une signification forte est tellement plus important que le côté “surprise” et gâteries. Bien sûr, les enfants n’oublient pas le grand jour des cadeaux, mais moi ce donc j’ai envie de me souvenir, c’est de leur fierté lorsqu’ils créent un cadeau simple en bricolant ou cousant. C’est pour cette raison, et également pour voir leur sentiment d’appartenance fleurir, qu’on met l’emphase sur tous ces préparatifs. Vous remarquerez peut-être que les pédagogies alternatives accordent beaucoup d’importance aux travaux manuels. Je pense que même (surtout!) en 2019, il est pertinent pour un enfant de vivre l’expérience de passer des heures sur un projet. C’est quelque chose de précieux.

Une occasion de découvertes

Finalement, quelque chose que je fais, année après année, c’est de décomposer pour eux ce qui compose les fêtes de Noël pour leur offrir la possibilité de l’utiliser, l’expérimenter, dans leurs jeux. Un sapin en bois dans le coin jeu, des carrés de tissus pour jouer à emballer des cadeaux, des boucles, des maisons / formes de maisons pour créer leur propre village de Noël. Pour les touts petits, j’ai créé une “boule de neige” format géant avec un grand pot en plastique solide, de la fausse neige, un sapin… Il est important pour moi de ne pas l’offrir dans un contexte dirigé, je le dépose simplement, parfois je créer une scène qu’ils peuvent ensuite utilisé ou non. Je ne commente pas puisque j’ai confiance qu’ils créent l’univers qui répondent à leurs besoins. Mon objectif c’est simplement d’ouvrir les possibilités et également de leur donner un espace de oui. Sans s’en rendre compte, on va chez une tante et on se retrouve avec des “non, les décorations c’est pour les yeux, et les belles boucles ne doivent pas être brisées et… “ Il y a tellement de découvertes et de jeux qui peuvent surgir naturellement lorsque l’environnement résonne avec leur vécu. 

Joyeuses fêtes !

Ps: Jusqu’au 21 décembre: le code cinqminutes-promo vous donne 15% de rabais sur le site de Pomango.

Ps2: Cet article a été écrit en collaboration avec Pomango, c’est pourquoi vous y trouverez des liens.

L’attachement c’est la conversation la plus importante de la vie de nos bébés.

Une conversation faite de gestes, de regards encore plus que de mots. Ce qui compte c’est le rythme: une demande, une perche tendue doit mener à une réponse. Une relation basé sur l’interaction. Sur le “prendre soin”.

Le bébé ne parle pas encore, mais il communique et c’est la capacité de l’adulte donneur de soins d’y répondre qui lui permettra d’entendre la base de son estime de soi: Le monde est bon. Ses besoins sont importants. Et c’est une des raisons pour laquelle il sera confiant de s’éloigner plus tard, d’explorer le monde.

C’est ainsi que la mère et l’enfant entrent dans une danse, une valse. Le bébé regarde sa mère et elle lui parle. Le bébé pleure, et elle le nourrit. La mère parle, et le bébé se retourne pour la regarder. Parfois la danse est imparfaite, mais la perfection n’est pas l’objectif: on vise le suffisamment bien.

Ce rythme de conversation qui peut sembler simple et évident est pourtant menacé par plusieurs facteurs extérieurs. Parce que si l’adulte significatif est sur son téléphone la majorité du temps, il peut manquer le bébé qui cherche son regard. Parce que si les besoins de la mère ne sont pas répondus, elle peut manquer de disponibilité pour répondre à ceux du bébé.

Plein de causes simples et complexes peuvent entraver le dialogue. C’est là qu’il devient important qu’un autre adulte significatif prenne le relais dans certains cas d’ailleurs.

Oh, et il y a aussi cette croyance obsolète qui dicte que les.paroles d’un bébé ne sont “que des pleurs”. Qu’il faut cesser de répondre aux besoins pour qu’il comprenne qu’il ne sert à rien de demander.

Bref. L’essence de mon maternage? La proximité pour faciliter ma disponibilité. Le choix de considérer les besoins de mes bébés comme pertinents et réels.

Il y a des livres entiers sur le sujet et évidemment, je prends des raccourcis ici pour vulgariser, mais j’ai envie de vous inviter à l’imaginer tout simplement comme une conversation au fil du temps.

Un parent, son bébé. Et l’attachement qui se dessine entre les deux.

Semaine de l’allaitement / Un jour je suis devenue maman, et j’ai allaitée.

Ça m’est apparu comme une suite logique. Pendant la grossesse, mon corps fournissait le nécessaire pour mon bébé, et ce fut pareil lors des mois/années suivant sa naissance. J’ai choisi de croire profondément au lait humain, et ça a pris plusieurs formes au fil du temps. Cinq histoires d’allaitement, cinq chemins différents, tantôt court, tantôt long.

Parfois, je me suis battue pour allaiter, contre mon corps, contre les circonstances, contre les protocoles hospitaliers. J’ai sorti le tire-lait, les tisanes de lactations, les arguments.

Oh, cette détermination. J’ai la chance d’avoir un mari qui l’a partagée, qui n’a jamais hésité à protéger mon allaitement. J’ai la chance d’avoir un réseau d’amies qui y croyaient autant que moi. Des ressources facilement accessible dans ma ville.

On pourrait croire qu’à force, c’est devenu banal. Mais non. Pour vous dire, chaque fois que je suis enceinte, j’ai encore du mal à y croire. À imaginer qu’encore une fois, un bébé rampera jusqu’à mon sein. Et que ce que je produis lui permettra d’évoluer pendant six mois. Parce que le lait maternel est bien plus qu’un simple liquide, d’ailleurs je trouve ça fascinant chaque fois que je lit sur le sujet.

Mes bébés ont but en solo, en tandem, pour se nourrir, pour se réconforter. J’ai allaité en soins intensifs, pendant un accouchement, en public, seule dans la nuit en admirant mon bébé. J’ai allaité une prématuré de 4 lbs pis un bambin de 30lbs. Parce que pour moi, le sein n’est pas que nourricier. Il est un repère pour le bébé.

J’ai allaité, j’allaite encore, ce ne fut pas toujours simple, ni linéaire, mais c’est un des choix auquel je crois profondément. Pour moi, allaiter était ce qui faisait le plus de sens.

Bonne semaine de l’allaitement, au plaisir d’entendre vos histoires d’allaitement !

(Photo: Mon petit bébé endormit, le petit cou étiré, tout détendu parce qu’il as bien bu.)

Le bain libre

Une des catégories d’articles pour bébé que je n’utilise pas c’est tout ce qui attrait aux bains. Nous pratiquons le bain avec un parent quand ils sont tout-petits tout neufs suivi du bain “libre” quand bébé vieillit un peu.

Pourquoi ?

– Nouveau-né, parce que c’est un moment de détente incroyable pour le bébé. Il se sent bien dans l’eau, on prend le temps de le laisser flotter, de l’emmailloter dans une doudou légère… Ça lui rappelle la vie in-utéro.

– Ensuite, parce que c’est un merveilleux moment d’apprentissage. Bébé agite les pieds, remarque le bruit de l’eau alors que ses mouvements sont de plus en plus forts. Il touche avec curiosité les bords du bain. Suivant les principes de la motricité libre, il est dans une position qu’il est capable de prendre seul, sans contention. Ça demande beaucoup de surveillance, mais ça en vaut la peine selon moi.

– Quand bébé arrive vers l’âge où il veut s’asseoir, mais glisse facilement, je peut ajouter une serviette au fond, le prendre avec lui ou je lui donne son bain dans l’évier pendant cette période, c’est plus facile ainsi pour lui. Rapidement, il apprends comment garder l’équilibre et rester assis dans le bain.

« Older posts