Une autre façon de vivre la parentalité. Bienveillance, école-maison, éducation alternative au quotidien.

Auteur : zoelsirois ( Page 2 de 33)

Tour d’horizon des livres pour lecteurs débutants

Lorsque j’ai accompagnée ma fille dans l’apprentissage de la lecture, la suite logique pour moi était de lui rendre disponible des livres adaptés à son niveau pour lui permettre de
1) pratiquer et renforcer sa fluidité
2) lui donner le bonheur de lire par elle-même

Chez nous, nous lisons énormément avec nos enfants et c’est important pour moi de favoriser l’amour de la lecture. J’ai donc été à la bibliothèque dans la section des livres débutants.

Et puis, j’ai vite constaté que niveau 1 n’égalais pas toujours niveau 1. En fait, beaucoup de maisons d’édition proposaient des livres mais le niveau variait énormément. J’ai trouvé difficile de trouver des livres qui correspondaient au tout début de la lecture syllabique.

Il existe plusieurs catégories de livres premiers lecteurs et je pense qu’il faut d’abord réfléchir à notre objectif en choisissant une série: parfois c’est le plaisir (et c’est parfait), parfois on veut qu’il voit à répétition certains mots pour renforcer son vocabulaire etc.

La méthode d’apprentissage de la lecture utilisée avec notre enfant influencera notre choix: certains livres utilisent davantage de mots pigés dans les listes typiquement vus en mots-étiquettes, d’autres vont aller vers une séquence inspirée d’une méthode syllabique ou mixte. J’ai même vu un livre écris tout en lettres majuscules (pour moi ça fonctionne moins. Je préfère les habituer au format habituel.)

Certains livres offrent des accommodements pour faciliter la lecture (lettres muettes plus pâles, sons complexes soulignés..) Ça peut être aidant pour un enfant qui débute/lit plus difficilement.

À savoir: Les livres du type Montessori sont généralement en lettres attachées.

Collection Une syllabe à la fois

La série bleue propose des lectures adapté aux enfants qui apprennent à décoder les mots par syllabes et les histoires sont de vraies histoires simples. Les personnages sont amusants. Chaque livre offre deux versions du même texte: le texte en noir et aussi le texte coloré en alternance pour aider un lecteur plus débutant à identifier les syllabes.

Collection Noé et Mila

Il s’agit de la collection préférée de ma fille. Elle s’est rapidement attachée aux personnages. Ici aussi, la progression tiens compte de l’apprentissage des sons. Cette collection vient d’europe, mais ma fille a rapidement intégrée les mots plus européens comme pull (qu’elle utilise d’ailleurs maintenant à l’écris). Il est possible de trouver (à l’intérieur de la couverture) la liste des sons nécessaires pour lire l’histoire.

Collection Mes lectures 100% syllabiques de Larousse

De nouveau, une collection axé sur la lecture par syllabes. Le texte est très simple à décoder et raconte une courte histoire. L’histoire est plus longue que les choix précédents (une trentaine de pages incluant des pages ne comportant qu’une image.)

Collection Mes lectures avec loup

Attention, ils ont 2 séries différentes avec des niveaux différents. Celle convenant aux premiers lecteurs tournent autour de différentes destinations voyages (ci-haut, Venise). Ce qu’on aime de cette collection c’est l’alternance entre le texte de l’histoire et des dialogues style BD. Ça capte l’intérêt, tout en étant plutôt accessible.

Je veux vous parler des livres au texte raccourcis, comme par exemple c’est le cas de certaines des fameuses boites à lecture de scholastique ou de plusieurs livres du type “Un conte connu simplifiée”.

Dans ces livres, le niveau de difficulté des mots choisis ne tiens pas toujours compte de l’évolution de l’apprentissage de la lecture, du son simple au son complexe.. Parfois le texte sera très court mais les mots assez difficiles. Donc, ces livres répondent davantage au besoin des enfants déjà à l’aise avec une certaine variété de mots.

Je commence à lire avec Martine

Une version simplifiée des bien connus histoire de Martine. Si votre enfant aime ces histoires, lire les aventures d’un personnage connu sera motivant. Il y a un peu plus de textes dans ces livres que les autres présentés dans l’article.

Collection l’école des monstres
Cette série ne respecte pas nécessairement l’ordre d’apprentissage des sons mais les mots choisis sont généralement assez simples. Il y a une seule phrase par page. Le thème est très attrayant pour les enfants. (Je me répète, mais si l’enfant a le gout de lire, c’est le plus important.)

Collection Éléphant et Rosie
Cette collection de peu de mots et beaucoup de drame peut être parfaite pour un lecteur débutant qui serait découragée devant un long texte. Bien que ce ne soit pas à proprement dis un livre pour débutant, il offre peu de mots et beaucoup de répétitions. Ce sont aussi des histoires vraiment intéressante pour aborder une foule de sujets.

Collection hérisson et cochon d’inde

Des bandes dessinées pour apprentis-lecteurs. C’est un format assez intéressant puisque ça peut donner le goût de lire à des enfants pour qui le format roman fonctionne moins. La difficulté des mots varie, cependant les phrases sont assez courtes.

Les livres informatifs
Je souhaitais aborder les boîtes à lecture d’un style en particulier: les livres informatifs. Pour des enfants qui sont, encore une fois, moins attiré par les courtes histoires, ça peut être une porte d’entrée vers la lecture.
J’en ai trouvé avec 2-3 mots par page autant que d’autres avec 2 phrases par page. Ici encore, le vocabulaire peut être plus difficile mais si l’enfant est intéressé, on peut toujours le lire en équipe: le parent lisant les mots difficiles.

Histoires de lire
Voici une collection québécoise qui propose des livres aux textes assez courts. Ils se distinguent par la qualité des textes. On y trouve par exemple Simon est capable, un livre dans lequel Simon fait la liste de ce qu’il est capable de faire.. Ils sont magnifiques !

Escalire
Il existe des collections spécialisés, par exemple Escalire. Celles-ci sont souvent utilisés en classe et comporte des niveaux (ABCD). Il est possible pour un parent-éducateur de s’en procurer, cependant, ils ont une durée de vie assez courte alors si vous avez un seul enfant, c’est peut-être moins rentable. Je ne les ai pas trouvé en bibliothèque.

Le dilemme de l’achat ou de la location
Plusieurs bibliothèques publiques offrent une grande variété de livres premiers lecteurs. Personnellement par contre, j’ai trouvé difficile de m’y fier pour nourrir l’intérêt de ma fille: ils étaient souvent déjà emprunté, les séries documentaires étaient classés d’une façon rendant difficile de les trouver… Certaines collections n’étaient pas à la bibliothèque aussi. Je voulais qu’elle ait le temps de les lire, relire… J’ai donc choisi d’en acheter quelques uns et j’en loue d’autres pour créer de la variété parfois.

Pour mes achats, j’aime beaucoup la librairie Martin parce qu’ils ont un grand choix de livres de type scolaire ainsi que de livres premiers lecteurs. J’utilise aussi le club de lecture Scholastic (il est possible de s’y joindre comme parent-éducateur, le saviez-vous ?)

Test de jeu: Camping en folie

Ce matin, nous avons reçu un colis surprise contenant du chocolat chaud, des guimauves et ce jeu magnifique. Dès l’ouverture de la boîte, les enfants ont eu envie de toucher les guimauves en plastique utilisées dans le jeu. Le thème est particulièrement attirant pour les petites mains, et heureusement il est rapide à préparer… C’est donc quelques minutes après l’avoir reçu que nous nous installions pour l’essayer.

Premièrement, laissez-moi introduire Ludo & Méninge, une gamme de jeu de la compagnie Gladius donc camping en folie est une des nouveautés. Cette collection regroupe des jeux éducatifs qui visent le développement de la mémoire, du langage, de l’attention etc. Ce que j’aime de cette gamme, c’est qu’on travaille des habiletés variées (mémoire, attention), c’est un peu comme si on musclait notre cerveau. 🙂

Un jeu que vous connaissez déjà peut-être de cette collection, probablement le plus connu est La fabrique à sucre. Personnellement, c’est un jeu que j’avais moi-même acheté et que mes enfants aiment donc j’avais hâte de rencontrer le petit nouveau de la gamme.

Le plateau est assez beau et permets de facilement s’organiser dans les défis. Un endroit pour chaque chose !

Le jeu Camping en folie (donc le thème, vous vous en doutez, tourne autour du camping) s’articule autour de trois défis:

– Le défi Smores
Le joueur doit observer (avec une contrainte de temps) une carte smores (deux niveaux sont disponibles) puis retourner la carte et reproduire le smores.


Le défi Chocolat chaud
Le joueur doit résoudre un casse-tête de logique afin de recréer un chocolat chaud comportant le bon nombre de guimauves de chaque couleur, en utilisant 4 pièces recto verso.

Le défi des noisettes
Le joueur observe des noisettes aux couleurs et motifs variées (Ie nombre dépend du niveau) puis, on retire une ou plusieurs noisettes et il doit nommer celles qui manquent.)
(Ceci est un résumé rapide des défis, je vous conseille de lire les instructions ET de l’adapter pour vos enfants.)


Lorsqu’on gagne un défi, nous pouvons ajouter un certain nombre de guimauves (dépendant du nombre obtenu sur le dé, on peut aussi obtenir un échange) dans le chocolat chaud au centre de la table. Pour qu’un joueur gagne, il faut que toutes ses guimauves soient sur le chocolat chaud commun.

Ici, il y a un petit quelque chose que j’aime particulièrement, c’est le mouvement des guimauves. Ok, je vous explique. Plutôt que d’amasser des guimauves quand on gagne, on les dépose dans le chocolat chaud commun. J’aime ça. J’aime que le mouvement soit de mettre ensemble nos guimauves. Ça me semble particulièrement chaleureux et rassembleur, dans l’esprit du camping. Si vous avez déjà lu plusieurs de mes avis, vous savez que pour moi ces petits détails font la différence.


Le niveau réel du jeu
Bien que noté 6 ans et plus, je vous dirais que 2/3 des défis, niveau facile, fonctionnent en les adaptant très légèrement avec un enfant de 5 ans particulièrement habitué aux jeux de société (lire ici: Alice :). )

Un dernier point à propos de ce jeu: Je trouve qu’il est bien dosé au niveau du matériel et des défis. Il est facile d’y jouer, de l’organiser, malgré les 3 défis différents proposés ayant chacun son propre matériel. Il demande de la concentration et un certain effort tout en permettant aux enfants de vivre des succès. La durée de la partie peut être modulé en choisissant le nombre de guimauves distribués au début.

Bref, un jeu très intéressant.

Transparence: J’ai reçu ce jeu gratuitement dans le cadre d’une collaboration avec mon blog. Par contre, mon opinion reste la mienne. 🙂

Zoé



Tout ce que vous devriez savoir avant d’acheter une balayeuse robot.

Ma balayeuse sagement en train de charger quand je suis revenue.

Cet article contient un lien affilié, si vous l’utilisez, vous payerez le même prix, mais j’aurai une petite commission. Merci ! J’ai choisis de mettre un lien affilié parce que je savais que vous me demanderiez le modèle de la mienne mais j’aurais fais l’article même sans.

En ce dimanche, je me permets une chronique ménagère, parce que j’ai passé beaucoup de temps à me questionner avant d’acheter, et je n’ai pas trouvé ces informations nulle part.

J’ai une balayeuse robot depuis plusieurs années, et je veux vous aider à avoir une meilleure idée de ce que ce produit peut faire pour vous, ou pas. Pour une mère a la maison (ou pas), une balayeuse robot peut sembler LE produit qui va vous faire basculer de débordée a moins débordée. C’est vrai, et pas en même temps et c’est pourquoi je prends le temps de vous écrire.

Aujourd’hui, avant d’aller en forêt avec les enfants, j’ai préparé la maison pour pouvoir partir la balayeuse. Quand je suis revenue, le plancher était propre, la balayeuse était retournée sur le chargeur, et j’ai éprouvé une grande satisfaction. J’ai remis les choses à leur place et c’était une tâche de moins pour moi.

Je vais commencer par la grande question: “Quelle est son efficacité ?”

Lorsqu’on a pris le temps de bien placer la maison (voir point 1 et 2), je dirais que c’est plus efficace qu’un enfant de 9-12 ans. Il faut comprendre que ça passe sous les meubles ce qui est un gros gros plus. Celle que j’utilise n’est pas intelligente, elle ne passe pas partout de façon méthodique, mais se promène, détecte les bords de mur et utilise un mode pour les longer. Elle ramasse, disons environ 90% de ce qui est sur le plancher, mais ça inclut même les endroits moins accessibles auxquels je ne me rends pas chaque fois moi-même. Elle est assez peu bruyante aussi, elle peut passer pendant la sieste.

1. Vous devriez savoir que l’aménagement de votre maison doit être pensé pour la balayeuse et qu’il faut bien préparer l’espace ET 2.Vous devriez savoir comment éviter qu’elle reste prise quelque part.

Si vous voulez vraiment qu’elle soit utile à son plein potentiel, vous devriez pensez à comment la maison est aménagée, principalement au niveau du plancher. Si c’est difficile pour vous d’avoir le plancher vide, il faudrait peut-être commencer ailleurs, en réduisant le matériel par exemple.

– Certains tapis légers peuvent plisser lorsqu’elle passe (et elle restera prise), donc il faut les retirer. Moi, je soulève les tapis, les secoue pour que les graines tombent et les mets en hauteur. J’ai un tapis avec un coin qui se relève un peu et je mets un panier dessus parce que sinon, la balayeuse va rester prise.

– J’avance les meubles collés au mur pour qu’elle ait de l’espace pour passer derrière: pensez poubelle, bac de recyclage, fauteuils. Elle peut passer en dessous, mais en ne déplaçant pas les objets, parfois ça crée un angle où elle ne peut aller.

– Les tissus par terre, c’est un gros non. Vérifiez que rien ne dépasse, rien n’est suspendu, parce qu’elle pourrait déchirer un tissu de soie.

– Les fils (laine, rubans) aussi vont se prendre dans ses roues. Les fils d’électricités doivent être fixés au mur.

– Personnellement, je préfère pousser les chaises un peu de sous la table, en les mettant à environ 50 centimètres de la table, alignés, elle passe bien sous les chaises, sous la table, autour des pattes.

– Mieux vaut avoir des paniers pour garder ranger ce qui est par terre plus rapidement, si vous ne voulez pas vous tannez de tout mettre en hauteur un objet a la fois.

– Les étagères surélevées et autres meubles qui gardent en tout temps un espace en dessous rendent la vie bien plus facile lorsqu’on a une balayeuse robot.

– L’arc-en-ciel balançoire, mis sur le côté, fait qu’elle reste prise à essayer de grimper sans arrêt sur le petit rebord.

– Mettez le fil de sa charge de façon à ce qu’il ne soit pas dans les jambes quand elle viendra se rebrancher à la fin.

Bref, tout ça, vous allez l’apprendre et le personnaliser pour votre propre maison avec le temps… parce qu’au début, nous oublions des choses et les BIPS-BIPS sont fréquents parce qu’elle est prise. C’est important de savoir que vous allez devoir probablement préparer l’espace pour maximiser son utilité.

3. Vous devriez savoir comment l’entretenir (et, que c’est assez fréquent).

Personnellement, mon budget ne me permettait pas d’acheter une balayeuse au gros prix, donc je ne connais pas celles-ci. Pour la mienne, elle demande de changer les pièces comme la brosse principale, les petites brosses, les filtres (qui se vendent de façon détachée) régulièrement. Il faut le prévoir au budget. Aussi, il faut retirer les cheveux pris dans la brosse (7 personnes avec des cheveux, ici + un chat) assez souvent. Je vous conseille vivement d’avoir l’outil pour retirer les cheveux qui est offert dans un kit avec des brosses de rechanges.

4. En prime, si vous êtes prêts à la démonter pour la réparer, vous l’utiliserez plus longtemps.

Si votre balayeuse se met à faire beaucoup de bruit (c’est probablement un petit morceau de cochonnerie qui est allé trop loin), si les roues bloquent… il existe des solutions. Avec un tournevis, un peu de temps et de la détermination, vous pouvez la faire revivre. Youtube regorge de tutoriels sur ce sujet. La garantie peut parfois vous l’échanger, donc commencez par la mais sinon, sortez le tournevis. Je l’ai fais quelques fois moi-même. D’ailleurs, le kit de surplus que je vous recommande inclus un tournevis adapté tsé ;).

Bref, tout ceci pour dire, que c’est un bon achat oui, mais il faut vraiment mieux savoir a quoi s’attendre.

Voici celle que j’ai chez moi : https://amzn.to/3JTsKFO
Voici le kit de morceaux en surplus donc vous aurez besoin: https://amzn.to/3q95yeP

Zoé

Jouer dehors n’est pas qu’un “simple jeu”, c’est sérieux.

Je passe beaucoup de temps dehors à observer mes enfants et il y a une chose que j’ai constaté : jouer dehors est rarement “un simple jeu”.

.Je pense que c’est un frein à la facilitation du jeu extérieur pour beaucoup d’adultes.

De leur point de vue, tout n’est que jeu. Ce manque de précision change tout, affectant l’angle duquel on interviens, on voit, on propose…L’enfant dehors ne joue pas, il travaille dans un objectif précis. L’hiver, c’est quelque chose de très très prenant.

Pelleter la neige, la déplacer. Souvent, 1-2 ans à peine et il donne quelques coups de pelle dans l’entrée, aidant. Créer une glissade, un fort. D’ailleurs, le premier truc que je donne aux parents qui ont du mal à ce que leurs enfants jouent dehors l’hiver : Pelletez devant eux, créez un réseau de chemin dans la cour, une glissade. Trouvez-vous une occupation, intéressante et crédible, pas infantilisante.

L’adulte pourrait faire l’erreur de croire que c’est un jeu, mais la plupart des enfants que j’ai vu, y accordaient énormément d’énergie et d’importance. Jusqu’à ce qu’on leur apprenne que ça n’en avait pas, et ainsi ils cessent… 😉

L’enfant dehors ne joue pas, il teste ses capacités physique, se lance des défis. Il grimpe jusque là, court très vite, se cherche constamment un nouveau défi. Il établi un plan, le réalise, ressaie.

Un de mes enfants s’est entraîné pendant plusieurs années à faire la roue. Ce n’étais pas qu’un jeu mais un entraînement sérieux. L’enfant dehors ne joue pas, il observe des phénomènes scientifiques. Parce que leur vocabulaire est moins précis et leurs moyens plus limités, on fait l’erreur de réduire au simple jeu cette occupation.

Des experts de la faune à 3,4,5 ans, il y en a pleins les cours arrières. Ils savent comment se déplacent les animaux du coin, chantent avec les oiseaux, cherchent les escargots.

L’enfant dehors ne fait pas que jouer, il donne vie à un univers.

Le jeu symbolique est l’un des plus mal compris, selon moi. C’est pourtant un puissant moteur de compréhension et d’analyse de l’humain. Quand l’enfant joue un médecin, il utilise les informations qu’il a accumulé sur les médecins, directement ou non. Il se demande, expérimente comment on se sent dans telle situation. Il teste ses habiletés sociales. Malheureusement, certains pensent bien faire en limitant la place de ces jeux au profit de “jeux plus éducatifs.”

Bref, ce que je voulais dire c’est ceci:

En cas de doute sur comment faire “jouer les enfants dehors davantage”.

Créer des opportunités aux enfants d’être utiles.

Proposez des découvertes qui les fascinent.

Donnez-leur la possibilité de se dépasser physiquement et mentalement.

Respectez les jeux de rôles qui émanent naturellement d’eux, protégez-les. (…..)

Zoé

Le glaçon

Pour profiter du temps très froid de ces derniers jours, voici une suggestion: expérimenter la formation des glaçons et glaces.

Hier, j’étais dehors quand une de mes filles a remarqué que les glaçons se formaient très vite aujourd’hui : à preuve, les glaçons qui avaient été pris sur le bord du toit par les enfants commençaient déjà à se reformer…Une idée a alors germé dans mon esprit: et si on tentais de fabriquer des glaçons?

Voir la goutte glacer en mouvement est très intéressant, et ça ravit les enfants à chaque fois. On peut aussi simplement s’amuser à voir glacer instantanément ou presque de petites gouttes. Nous avons essayé différentes façons d’accélérer le phénomène. Plusieurs angles à aborder: on choisir le meilleur endroit (à l’ombre, froid au toucher), commencer par observer les glaçons déjà présents dans l’environnement et réfléchir à leur formation…Ensuite, avec compte-goutte ou bouteille à pression, nous créons un glaçon une goutte à la fois.

Zoé

« Articles précédents Articles plus récents »