Cinq minutes pour jouer

Simplicité volontaire, bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Catégorie : Activités 0-18 mois (page 1 de 3)

20 expériences stimulantes dans la nature pour les 0-2 ans. Dehors les bébés !

fb_img_1509223526808230685935.jpg

Accompagner le bébé ou le bambin, dans son développement global tout en étant dehors, c’est tout à fait possible. En fait, c’est même souhaitable, car l’extérieur regorge d’occasions de stimulation.. Ces activités sont toutes très simples, et plusieurs seront initiés par le bébé sans aucune intervention de votre part. Vous n’avez qu’à attendre une invitation de sa part (tel qu’un contact visuel) pour y ajouter votre grain de sel, en nommant, expliquant, racontant, chantant…  C’est en expérimentant, que l’enfant se développe.

Observer
– Les animaux, les insectes, les oiseaux, les humains, la vie du quartier (le camion poubelle, la construction). Les observer en mouvement. Associer chacun à l’endroit et la façon donc il se déplace. Faire des liens. Se créer des références. 
On peut ajouter des photos de ce qu’on voit dehors, dans la maison afin que l’enfant puisse s’y référer.
– Les couleurs, textures, motifs des plantes, des fleurs, des roches.
– Des tissus colorés, un ballon suspendu qui bougent au vent. Attachés au-dessus d’eux, ou plus près du sol.
– Les enfants plus grands qui grimpent, font des culbutes, courent… Être inspiré.
– Des objets qui flottent et qui coulent dans un bac avec un peu d’eau. Découvrir la façon donc les jouets bougent dans l’eau, donc l’eau éclabousse lorsqu’on y dépose un jouet ou qu’on y tape.. Faire des liens de cause à effet, si je tape dans l’eau très fort, je reçois de l’eau au visage.
– On peut mettre un tout petit peu d’eau sur une surface plane, comme une plaque à biscuit, devant lui pour qu’il explore l’eau d’une autre manière. 

* Si le bébé ne se déplace pas seul, essayer de changer son point de vue de temps en temps en l’installant a différents endroits de la cour pour qu’il puisse observer de différents angles.

Ressentir
– Chatouiller doucement les pieds, le ventre avec des fleurs, différentes tiges ou petites plantes… Certaines sont plus douces, d’autres plus rugueuses. Laisser l’enfant nous le faire également.
– L’eau froide, les glaçons (faux glaçons en plastique, sécuritaires 😉 ) , l’eau tiède, la texture du gazon sec ou mouillé, du sable…
– Le vent chaud, froid sur la peau…
– Le poids du sable sur le pied qu’on vient d’enterrer. Aidez-les à cacher et trouver leur pied en jouant dans le sable.
– Marcher en tenant un tissus qui prends dans le vent, ressentir le “poids” du vent, le voir monter et descendre au fil des courants d’airs.
– Sortir dehors lors d’une journée de pluie chaude pour une nouvelle sensation.
– Faire une promenade alors qu’il y a du brouillard.

Entendre
– Les sons de la nature autour de lui. Au fil du temps, faire un lien entre “j’entends un sifflement” et “je vois un animal volant”.
– Suspendre un mobile qui bougera en faisant un son doux au rythme du vent.
– Laisser l’enfant expérimenter avec un bâton et différent type de matériel. Si je tape sur le sol, le son est différent de si je tape sur le dôme en métal.
– Le bruit du sable qui tombe dans un sceau en plastique, une roche dans un bol en métal, le bruit de l’eau lorsqu’elle sort d’un arrosoir vs d’un verre..

Sentir
– Créer un jardin de fines herbes et faire sentir les différentes herbes aux enfants.
– Prendre le temps de sentir les fleurs alors qu’on les nomme.
– Faire un bac d’eau et y mettre des citrons, ou des pelures d’oranges, ou un peu d’huile essentielle sécuritaire pour les enfants..
– L’odeur humide dans l’air juste après la pluie.

Expérimenter
– Remplir et vider un contenant avec du sable, des cocottes, de l’herbe….
Apprendre peu à peu que certains contenus sont plus lourds que d’autres. Qu’ils se renversent différemment.
– Utiliser une pelle de plus en plus efficacement. 
– Remplir un chariot, un bac et le transporter… Avoir un objectif simple et travailler pour l’atteindre (apporter le sable là-bas).
– Marcher sur une surface inégale, grimper, glisser… Apprendre à répartir son poids pour ne pas tomber chaque fois que le sol est en pente.
– Se déplacer dans un grand espace, courir, sauter…
– Ouvrir / fermer la porte de la maisonnette, s’y cacher, se trouver…
– Se promener ou tourner avec un ruban rythmique (fait maison 😉 ) et le voir s’envoler plus haut quand on va plus vite…

 

D’autres idées :
20 apprentissages qui se produisent naturellement dans la cuisine

Un truc simple pour favoriser le jeu libre des poupons

La plupart des parents ont déjà remarqué que leur bébé pouvait passer de longues minutes à fixer au plafond, ou ses mains. Certains croient que c’est un signe d’ennui, mais il ne faut pas s’y tromper: lorsqu’il observe longuement, le poupon est en train de se développer. C’est que tout est nouveau pour lui, alors tout le fascine.

Voici un truc très simple pour favoriser le jeu libre chez le bébé, et pour nourrir sa capacité a observer longuement les objets.

Ne pas l’interrompre et attendre une invitation avant de mettre en mot ce qu’il voit. Ça s’applique aussi aux transitions. Avant de le prendre dans nos bras pour aller changer sa couche, on attends quelques minutes de plus si on remarque qu’il est occupé dans la contemplation de son mobile.

On observe notre bébé qui regarde sa main avec attention?

Plutôt que d’avoir le réflexe de nommer: “C’est ta main !”, on attend.

Le bébé, aussi petit soit-il, est un être social et capable.

À sa façon, il peut déjà montrer quand il est prêt a être en communication.

Ce qu’on attend, c’est une invitation, c’est à dire, qu’il cesse de fixer, bouge la tête, nous regarde carrément ou simplement s’agite, montrant qu’il n’est plus occupé. Lorsqu’il le fera, ça sera le bon moment de lui parler.

Ce faisant, nous montrons du respect pour ce qui l’intéresse en ne l’interrompant pas. Au fil du temps, le fait d’être intéressé longuement par un objet sans avoir constamment de stimulus extérieurs (le parent!) l’aidera à jouer plus facilement et longuement seul.

Routine typique de Laurent (12 mois)

To view this content, you must be a member of Zoé's Patreon at $5 or more
Already a qualifying Patreon member? Refresh to access this content.

​Jouer avec des objets suspendus

C’est quelque chose que j’aime proposer régulièrement, autant dehors qu’à l’intérieur. Je vais suspendre parfois un ballon, des tissus de soie, un cerf-volant… Ces jours-ci, ce sont des épingles à linge prêtes à être utilisés pour y suspendre ce que l’on souhaite.

 Les poupées y ont été balancé, des tissus ensuite accrochés pour servir de balançoire… Etc.

Suivre des yeux un objet en mouvement, prévoir sa trajectoire pour l’attraper, voir comment loin il va selon la force de poussée, nommer ce qui se produit, manipuler la pince pour l’ouvrir et la fermer…. 

Ça en créer des expériences une simple épingle à linge suspendus à un morceau de laine 😉

Quels sont les meilleurs jouets pour bébé? / Penser en terme d’actions et d’expériences

31206228_10216940445048910_1400062379609292800_n

Lorsqu’on fait notre premier tri pour devenir un milieu “épuré”, on a tendance à garder les jouets qui paraissent bien, qui semblent éducatifs. C’est rempli de bonne volonté évidemment, mais parfois, on se rend vite compte que certains objets choisis ne fonctionnent pas. Je vous partage donc une autre façon de voir les jouets qui vous aidera à mieux les sélectionner pour que les enfants (principalement les poupons) jouent avec eux, pour vraie.

(…)

D’ailleurs, quand on a un blogue sur le jeu, qu’on partage des photos de notre milieu régulièrement, une question qui revient souvent c’est : quel est LE jouet?

La question est simple et complexe à la fois. On ne peut nier qu’il existe des jouets meilleurs que d’autres, mais il existe une variété d’objets offrant la même expérience, et ce n’est pas uniquement des jouets.

Avant même d’offrir un jouet à son bébé, la base de son développement repose sur la possibilité d’avoir un lien affectif significatif avec les adultes (graduellement, ça passera d’un à plusieurs) qui prennent soin de lui.

Je tiens à le souligner ici : aucun jouet n’est meilleur pour le développement d’un jeune bébé que, par exemple, simplement faire partie du quotidien d’un adulte actif et intéressé (en porte bébé, dans les bras, dans une tour d’observation…)

(…)

Quand je prépare mon milieu pour des poupons, voilà les actions que j’essaie de favoriser par ma sélection de jeu. Ce sont toutes des actions que l’enfant cherchera à faire par lui même bien souvent et notre objectif est tout simplement de favoriser ces expériences en rendant le matériel disponible.

– Quelque chose qui fait du bruit quand on le remue.

Comme un simple hochet avec deux grelots. L’avantage ici d’opter pour un bruit naturel vs électronique, c’est de permettre au bébé de saisir les variations dans le son selon la force et vitesse qu’il utilise pour le remuer. Le bruit variera aussi s’il le laisse tomber par terre, par exemple. Chaque variable aidera notre bébé à mieux comprendre le monde qui l’entoure.

– Quelque chose qui permet de mettre dedans

Et éventuellement d’ouvrir et fermer le couvercle, lorsqu’il grandira..

Quelque chose pour se cacher, couvrir
Un tissu, une doudou.. simplement

– Quelque chose qui se transporte, qu’on peut emplir ou vider..

Des pots, paniers, sacs… Ça permet d’exploser des notions (dedans, dehors, vide, plein, à moi, à toi, etc).

– Quelque chose pour grimper dessus ou passer dessous à quatre pattes..

Que ce soit une chaise ou un escalier pour poupons..

– Quelque chose inspiré du quotidien qui a du sens
Des instruments de musique réels si on aime bien chanter, un arrosoir et des pots contenant graines et terre pendant la saison des semis, des tuques et mitaines pendant l’hiver peu importent.. Un objet que le bébé nous voit utiliser au quotidien bref.

– Quelque chose qui roule

Un ballon, bien souvent, simplement, des autos, ou des rouleaux en cartons épais.

– Quelque chose qui s’empile

De petit ou de gros, selon les moments..

– Quelque chose permettant de construire

Des cubes de bois neutres par exemple, parce qu’on peut les utiliser pour construire autant que pour remplir des pots..

– Des pots avec différentes grosseurs d’ouverture, des objets de différents poids

Pour travailler la motricité entre autres, apprendre à adapter notre façon de placer notre main pour saisir et mettre dedans…

– Quelque chose qu’on peut animer 
Des personnages et maisons par exemple: (ça peut être des bouts de bois aussi tsé !) Ici ce qu’on veut, c’est y aller pour des personnages neutres, pas de personnages commerciaux idéalement, puisqu’on veut que les enfants soient libres de jouer sans se sentir “pris dans le scénario” du modèle donné normalement par ledit personnage.– Quelque chose donc on peut prendre soin / reproduire ce qu’on voit
Une poupée ou un toutou, avec une doudou qui peut servir autant à couvrir, que de porte-bébés.. Une boîte ou un panier peut servir de lit.. Les poupons aiment beaucoup reproduire les séquences de “soins aux bébés”.

Etc..

Et surtout, un espace (en temps, en aménagement adapté) pour acquérir de l’autonomie, la vie pratique, dans le quotidien de la maison. Les petits ont besoin que les actions qu’ils posent aient du sens, autant que les adultes. Ils aiment aider pour vraie.

(…)
Ça semble beaucoup, mais selon notre budget, nos envies, tout ça peut être expérimenté avec uniquement des objets du quotidien, ou on peut y aller pour de beaux jouets…  Je vous conseille d’observer, et votre bébé vous montrera probablement les actions qu’il souhaite réaliser…

« Articles précédents