Cinq minutes pour jouer - Zoé L-Sirois

Simplicité volontaire, bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Catégorie : Uncategorized (page 1 de 11)

Quand je pars à l’aventure, je mets dans mon sac*…. / Et si on partait à l’aventure plus souvent cet été ?


Je sais que pour plusieurs familles, il y aura peut-être moins de sorties de vacances traditionnelles cette année, et j’ai eu envie de vous parler de nos aventures.

Chez nous, chaque semaine, il y a une journée dédiée à l’aventure (une expédition un peu plus loin, un peu plus longue.) Dans cette publication, je vous partage quelques trucs pour faciliter et enrichir vos escapades dans le quartier.
Parce qu’aller loin n’est pas nécessaire pour que ce soit digne d’une aventure ! Il suffit d’ajouter un pic-nique, des éléments éducatifs et/ou amusant et d’oser une nouvelle destination..


(1) Pour être toujours prêts à transformer une sortie en pic-nique improvisé.
Voilà ma première astuce: je garde toujours le nécessaire pour créer instantanément des repas à déguster dehors. J’ai des crudités au frigo en tout temps + des sandwichs prêts au congélateur. J’en congèle chaque mois afin de pouvoir avoir des repas en 5 minutes en cas de besoin. Ça aide aussi à éviter la tentation du fast-food. Quand j’ai plus de temps, je fais cuire des légumineuses assaisonnées qu’on mange froides.
Pour rendre ça baby friendly, j’apporte des légumes cuits vapeur + des muffins plutôt que du pain/pita pour le bébé.

(2) Matériel à apporter

La veille, je prépare un bac avec le matériel nécessaire pour le lendemain, chez nous ça ressemble à :
– 1 gourde par enfant + 2 très grandes gourdes adultes (1 pour moi, 1 de remplissage pour les enfants) *en cas de chaleur, je mouille souvent leurs chapeaux.
– Un kit de premiers soins avec des pansements.
– Des collations supplémentaires
– Crème solaire / chasse-moustiques
– Je sors tous les chapeaux et les places dans mon bac pour éviter qu’il en manque le lendemain à la dernière minute (trop souvent vécu hahaha).
– 2 ou 3 couvertures multi-usages.
– Un porte-bébé / bambin.

J’essaie de toujours prévoir une place assise/transportée de plus dont j’ai besoin. Donc généralement poussette double + porte bébé ce qui me donne trois places alors que j’ai généralement seulement 2 enfants qui en ont besoin.

Pourquoi ?
Pouvoir revenir même si un enfant plus vieux est soudainement fatigué, se blesse ou peu importe. Une assurance donc malgré qu’ils soient de bons marcheurs généralement.

(3) Matériel pour enrichir la sortie
Pour augmenter les possibilités d’expériences au parc/sentier, j’apporte :
– Des tissus de soie aux 1000 utilitées
– 1 loupe pour observer des éléments de près
– Des livres pour un moment de calme.
– Un cahier et quelques crayons.

Je ne les utilise pas toujours, mais ça me permet de créer des moments calmes et/ou éducatifs et/ou faciliter un jeu symbolique au besoin. Je vais disposer par exemple une couverture et quelques livres pour que les enfants puissent aller se ressourcer à l’écart du bruit ambiant quelques minutes.


Voici les livres choisis cette journée-là:
Mon premier herbier: pour identifier les arbres qu’on voit pendant notre promenade.
– Grand-mère terre et ses petits enfants : un conte poétique et un peu magique (Waldorf)
– Les merveilles de la nature: un album de la collection “Pour bien grandir” de Pomango. Chaque double page présente une information sur la nature qui émerveille ou surprend les petits (et grands!)
– Le guide de la nature: Pour reconnaître les insectes, oiseaux et autres.

Pour plus d’informations sur les livres, je viens de mettre à jour cet article sur les livres parlant de nature: CLIQUEZ ICI

* (Chaque fois que je lit ça, je pense au jeu de feu de camp).

Divulgation: J’ai reçu gratuitement le livre Les merveilles de la nature via un partenariat dans le cadre de mon blog. Mes opinions restent les miennes. 😉

Comment savoir si tu es un bon parent??

Le titre te surprends peut-être mais j’ai pris conscience que beaucoup de gens venaient sur mon blog avec cette question en tête. Ils cherchent à se comparer, à trouver des repères. J’ai donc décidé d’y répondre.

Bon, beaucoup te diront que se poser la question signifie que tu es un parent acceptable parce que les “mauvais?!” parents ne se poseraient pas la question…

D’autres diront que chaque parent est le bon pour son enfant…

J’ai envie cependant d’aller plus loin sur ce sujet.

C’est qu’insconciemment, nous avons tous déjà accumulé des centaines de réponses à cette question. Lorsqu’on lit des blogs ou des livres, regarde des publicités à la télé, jugent des parents au parc. Certaines de ses réponses nous ajoutent d’ailleurs une grosse pression sur les épaules.

Je te propose un nouvel objectif: être un parent en cheminement.

Sur certains domaines, il se peut que tu soit au tout début de ton cheminement, et pour d’autres, que tu soit plus avancé. Parfois tu reculeras. L’important c’est d’en être conscient.

Voici trois croyances communes sur ce qu’est un bon parent, et pourquoi elles sont fausses.

1. Un bon parent aime ses enfants et souhaite leur bien, ce qui signifie être parfait en tout temps et ne faire que les bons choix?

En fait, les enfants ont besoin de nos erreurs pour apprendre (en nous ayant comme modèle) comment vivre avec les erreurs, les réparer, avancer. Ils ont besoins de nos émotions négatives (bien dosé évidemment) pour comprendre les leurs. Il existe un concept qui dit que les enfants ont besoin d’un parent suffisament bon et non parfait. Tu ne tombes pas dans la case mauvais parent dés que tu as une journée plus difficile.

Toutes les façons d’être avec son enfant ne s’équivalent pas, mais ça ne signifie pas que tu dois être parfaite.

2. Un bon parent aime jouer avec ses enfants et leur propose pleins d’activités

Premièrement, les enfants n’ont pas besoins de faire toutes les activités possibles pour être heureux.
Deuxièmement, jouer à quatre pattes par terre n’est pas la seule façon de connecter et stimuler son enfant.
L’intégrer à notre quotidien, chanter ou danser avec lui, lui donner de l’attention lors des moments de soins (comme le changement de couche) ça as aussi beaucoup de valeur. Bien sûr, prendre cinq minutes pour jouer avec son enfant c’est important mais ça peut prendre plusieurs formes.

Pis ça se peut que tu ait plus de plaisir à jouer avec un 8 ans qu’un 6 mois, c’est ok.

3. Un bon parent as toute les ressources en lui

Je crois qu’on pourrais reformuler cette fausse croyance ainsi: Un parent en cheminement cherche des ressources supplémentaires lorsque c’est nécessaire. Il se remets parfois en question.

Je pense vraiment que si c’est régulièrement difficile avec tes enfants, ce n’est pas un signe de qualité parentale mais surtout que tu as besoin d’aide (ligne-parents?).

Bref, j’ai envie de te dire…

Fais le tri de temps en temps dans les idées reçus sur ce que dois être un bon parent.
Regarde ton cheminement, et soit fier du chemin parcouru.
Un pas à la fois.

Zoé

Pour accompagner ton cheminement : communauté parent en cheminement

Aménager un espace de jeu pour bébé à 4 mois et 6 mois

Bébé4 a commencé à être plus actif et j’ai changé son petit coin hier pour lui permettre de bouger davantage.

Voici son coin jeu à 4 mois et ses jouets.

Une doudou tricoté texturé et coloré
Une doudou en mousseline
Un ballon texturé
Un hochet en bois
Un jouet de dentition en bois et un en plastique
Des images contrasté
Une poule qu’il aime
Un mirroir
Un jeu contrasté suspendu (fait en feutrine) (le fil bleu, il est rangé derrière le mirroir sur cette photo).
Une arche en bois avec un mobile et un autre hochet en bois. On le met parfois, et d’autres fois non.

La majorité est récupéré de ses soeurs. L’arche est fait maison par mon père il y a plusieurs années.

Espace de jeu à six mois

Il est près de la fenêtre, il aime regarder l’arbre bouger. Un panier bas lui permet de tenter de choisir des jouets lui-même. J’ai suspendu un mobile qui bouge au vent, coloré.

Voici des articles pertinents sur le même sujet.

Des livres (pour enfants) pour découvrir la nature

D’abord, pourquoi la nature?
Je crois sincèrement qu’élever des enfants plus conscients et proches de la nature possède plusieurs bienfaits. La nature réponds aux besoins des enfants en leur proposant un terrain propice pour répondre à leur curiosité et envie d’explorer naturel. Elle leurs permet de nombreuses expérience sensoriels, sonores etc.

Aussi, les enfants avec une plus grande connaissance de la nature auront envie de la protéger, d’en prendre soin. C’est pourquoi j’ai eu envie de rendre disponible dans ma maison, des livres de références sur la nature. Afin de pouvoir répondre aux questions des enfants, nommer les animaux, plantes et champignons de la bonne façon et découvrir de nouvelles informations sur ces derniers. J’ai passé beaucoup de temps pour les sélectionner selon mes valeurs, et je suis heureuse de vous partager le fruit de ma découverte.

1. Mon premier herbier des arbres du Québec Stéphane Labbé, Iris L. Martinez et Laucolo / Guy Saint-Jean éditeur

Ce livre, c’est un outil pour pouvoir transformer nos marches en cherche et trouve axé sur la nature. Mes enfants l’aiment +++ parce qu’il est réellement facile d’utilisation pour les enfants. Pour chaque arbre, on retrouve une image de son tronc, son fruit, sa feuille et des informations. Le livre est prévu pour être transformé en herbier; on peut y mettre nos propres feuilles trouvées. C’est définitivement un coup de cœur pour notre famille !

2. Écoute les arbres parler Peter Wohlleben / Michel lafon éditeur

Celui-ci, je l’ai choisis pour un aspect bien particulier: L’auteur semble passionné de son sujet. On y lit les découvertes, la vision, le ressentit d’un homme qui as passé sa vie avec les arbres. C’est vraiment intéressant, pour les adultes y compris. Tous mes enfants aiment lire des pages de ce livre (c’est un documentaire, on le lit petit bout par petit bout.)

3. Le fan club des champignons – Élise gravel / 400 COUPS (Les)

Celui-ci représente également un gros coup de cœur pour tous mes enfants. D’ailleurs, hier encore, ils ont remarqué un champignon dans la cour et ont courus le chercher. Ce qu’on aime de ce livre: le ton amicale de l’auteure qui nous accompagne dans notre recherche et les informations pertinentes. On pourrais dire que c’est un documentaire qui se lis comme une histoire.

4. L’arbre – Collectif / éditeur Cerise Bleue

Un livre-documentaire cartonné pour permettre aux plus jeunes de manipuler aussi un livre axé sur les arbres, le regarder.. Ce livre comporte plusieurs pages avec des informations variés et de jolies illustrations.

5. Mon guide de la nature – Terry Jennings

Nous avons ce livre depuis plusieurs années, il as d’ailleurs déjà été oublié dans la pluie (voir les décolorations, oups, vivement la protection en plastique). C’est un petit guide remplis d’informations variés sur les espèces (plantes, insectes, petits animaux) qu’on peut croiser lorsqu’on est dehors.

6. Mon premier animalier du Québec – Jérôme Carrier / AUZOU

Mon premier animalier du Québec, c’est un recueil de photos magnifiques avant tout. De courtes descriptions sont liés avec chaque animal, mais le gros plus c’est définitivement les photos. On s’en sert pour reconnaître les oiseaux qui viennent dans la cour.

7. Anthologie Illustré des animaux – Ben hoare / Hurtubise

Ce livre, c’est le coup de cœur de mon aînée. Elle aimes apprendre pleins de choses et ce livre lui permets de découvrir de nouvelles informations sur des animaux, des plus familiers aux plus étonnants.

8. Les merveilles de la nature / Pomango

Ce que j’aime de ce livre, c’est sa formule originale. Chaque double-page nous permets de découvrir une nouvelle information, présenté comme un “secret” qui étonne les enfants. J’aime bien les lire un par un, et y réfléchir ensuite ensemble. Les informations choisis sont pertinentes et permettent aux enfants d’acquérir de nouvelles connaissances sur la nature.



Les jeux préférés de Laurent vers 15 mois

Depuis quelques semaines, je remarque que la façon de jouer de Laurent évolue, nous sommes dans une nouvelle dimension du jeu. J’ai pensé vous partager ses activités préférés pour vous donner des idées.

Cache-cache version bambin

J’ai le souvenir d’avoir jouer à ce jeu avec chacun de mes enfants vers cette âge.. L’idée est très simple, je me cache dans une des pièces qui donne sur le corridor, il court me trouver et on recommence. C’est un jeu qui permets de normaliser l’absence temporaire du parent également (oui, ce jeu contribue même à faciliter/préparer l’endormissement seul éventuellement. )

Musique et stop

À l’aide d’instruments de musique, nous alternons entre la musique et la silence. On agite nos maracas ou frappe sur nos tambours jusqu’au moment où un des joueurs lève les mains en l’air. À ce moment, tous arrêtent et lèvent également leurs mains. Laurent aime beaucoup beaucoup ce jeu, surtout quand je le laisse être celui qui décide le rythme des alternances. Il adore voir que ces gestes ou paroles ont un effet sur nous.

Tomber et oh oh

En fait, tout ce qui entre dans le principe d’action et réaction est un gros hit. Faire tomber une tour et s’exclamer oh oh, les mains sur les joues par exemple. Il aime pouvoir avoir le contrôle, le pouvoir de provoquer une réaction prévisible. Je passe parfois plusieurs minutes avec lui à réagir à ces gestes et ce sont de beaux moments.

Danse, jeux de mouvements, chansons

Il imite de plus en plus et est bien heureux d’observer tout ce qui est jeux de mouvements, comptines, chansons. Nous en avons quelques unes que nous répétons régulièrement, et il essais vraiment de faire comme nous! Il parvient à imiter des mouvements comme être en petit bonhomme etc. Les courses avec ses soeurs sont également un grand plaisir pour lui, et les jeux comme jour/nuit (quand je dit jour, on court autour de la table, quand je dit nuit, on se couche au sol.)

Passer le balais, brasser, aider.

Pour rendre Laurent particulièrement heureux? Donnez-lui une petite mission. Ranger une débarbouillette. Apporter quelque chose ou mettre dedans. Il as ce désir grandissant de faire comme nous, d’être utile. C’est quelque chose qui est parfois incompris chez les petits trottineurs mais tenter de comprendre leur angle de vue peut faciliter le quotidien. Il est vraiment intelligent d’ailleurs et les liens qu’il fait uniquement en nous observant nous étonnent régulièrement. À 15 mois, ce petit garçon semble avoir une bonne connaissance de la vie quotidienne de la maison.

Grimper.

Partout. Ai-je besoin de donner plus d’explications? Hahaha. Son gros défi présentement ? Il tente de réussir à grimper en haut de la bascule m.a fabrique... il y est presque!

Les imagiers et photos

Il est vraiment +++ intéressé par les images qu’on nomme / fait les sons pour lui. Ici il pointe un dessin de chien sur la nappe éducative bimoo. Ce que j’aime du format nappe? Facile à laver, à apporter partout, bébé peut marcher dessus..

J’ai également imprimé et plastifier une photo de lui et d’objets qu’il aime. Je lui donne dans les moments d’attente.

Autre découverte : le dé des premiers mots de la marque placote. Encore une fois, ça reste dans son intérêt des images et mots. Il adore le lancer aussi! Gros succès, c’est définitivement un très bon jeu!

Peinture et activités sensoriels

Il aime bien peinturer. Ce qui fonctionne bien pour moi c’est de mettre un tout petit peu de peinture dans un pot et il trempe son pinceau lui-même.

Parfois je met de l’eau avec un peu de fécule de mais sur une plaque de cuisson et il joue à expérimenter avec ce mélange mi-solide, mi-liquide. Il aime aussi “m’aider” à faire la vaisselle…. et jouer dans la boue!!

Communauté : parent en cheminement pour découvrir une nouvelle façon de faire avec ses enfants

« Articles précédents