Une autre façon de vivre la parentalité. Bienveillance, école-maison, éducation alternative au quotidien.

Catégorie : Uncategorized ( Page 2 de 17)

Petites notes au sujet du poupon et l’hiver / Pédagogie alternative.

Notre instinct nous donne peut-être l’impression que le froid de l’hiver est un danger duquel il faut éloigner les poupons, et même les 18-24 mois. Après tout, si la maison est disponible pour les garder bien au chaud et confortables, est-ce vraiment nécessaire de sortir ? De plus, la motricité libre est certainement plus difficile lorsque les bébés sont immobilisés dans un habit de neige, dans la poussette, sous 4 couvertures. Comment profiter vraiment de l’hiver comme moteur de développement lorsqu’on a un bébé, ou que nous travaillons avec de jeunes enfants ?

Premièrement, je veux commencer par une mise en garde. Eh oui, j’ai envie de nommer l’éléphant dans la pièce (en fait, dans ce cas, il y en a deux.) Premièrement: Être dehors l’hiver est un luxe d’argent, d’effort ou de chance. Pouvoir se permettre d’acheter des vêtements pratiques ou avoir le bonheur de les trouver en friperie ou sur marketplace, c’est un gros gros préalable pour aimer l’hiver. C’est plate, mais je veux le dire parce que ce n’est pas vraie que sortir dehors, au Québec, c’est gratuit spécialement l’hiver. Il existe des trucs pour contourner le tout et l’habit le plus cher n’est pas nécessairement le meilleur. Savoir étager les vêtements, par exemple, aide beaucoup. Éduquer les parents des poupons de votre milieu, ou éduquez-vous pour mieux comprendre comment protéger votre bébé du froid, c’est la première étape.

Deuxièmement: Vous pouvez profiter de l’hiver sans sortir dehors tout le temps. Je sais qu’il peut être tentant de suivre la tendance linéaire: sortir dehors plusieurs heures par jour, tout le temps, en se bouchant les oreilles et en fermant les yeux sur la réalité de l’intérieur et l’extérieur de soi. Sauf que, ne pas sortir si nous n’avons pas l’énergie de gérer ce que ca implique, c’est sommes toute plus sain et bienveillant que de sortir en se fâchant contre les enfants qui ne gardent pas leurs mitaines. En tout temps, pensez hiérarchie des besoins.

Le premier? Les besoins de base et la disponibilité émotionnelle.

Garder le même rythme été et hiver, ce n’est pas naturelle. C’est facilité par l’électricité (lumières artificielle) et pleins de choses mais ce n’est pas naturelle. Donc, n’hésitez pas à vivre une routine d’hiver et d’été. Osez vous modelez aux saisons, plutôt que de lutter contre elles.

Le jeune bébé peut vivre plusieurs expériences pertinentes en lien avec l’hiver. En voici quelques unes. Vous remarquerez que les idées sont fortement liés aux cinq sens, parce qu’un petit humain en plein développement se développe ainsi.


0- 6 mois

Observez la luminosité particulière de l’hiver, la neige qui tombe. Approchez-le d’une fenêtre. Dans vos bras. Sur une couverture libre de ses mouvements (en collant une table près de la fenêtre sous grande surveillance?) Le jour, le soir, la nuit.
Touchez les textures de l’hiver Approchez-le du sapin de noël, prenez une petite branche d’épines de sapin et laissez-lui ressentir la sensation lors qu’elle effleure sa peau en y mettant des mots. Vous pouvez le placer par terre près de ses pieds pour qu’il puisse y toucher en étirant les pieds.
Comment votre bébé réagit-t-il? Est-t-il plus curieux, plus craintif ?
-Dehors, favorisez le porte-bébé lorsqu’il est sécuritaire de le faire.
Vous pouvez mettre des crampons sur vos bottes pour augmenter la sécurité. En cas de risque de tomber, favorisez la poussette ou restez dans la maison ;). Je trouve que les jeunes bébés sont mieux sous le même manteau que le parent, avec une rallonge. On sent mieux son bébé puisque nous sommes peau à peau.
Ouvrez la fenêtre légèrement, si possible, ou la porte pour qu’il entende bien le bruit des tracteurs qui viennent dans votre rue. Expliquez-lui ce qui se passe.
Utilisez les termes : C’est froid, c’est chaud.
-La sieste est un bon moment pour l’apporter dehors. Profitez-en pour marcher, jouer avec vos autres enfants. Favorisez une poussette plate plutôt que la coquille si possible. Ajoutez une mini couverture en polar pour couper l’humidité dans le fond de la poussette.

6-18 mois

Utilisez une petite piscine ou un bac à sable vide pour créer un endroit pour votre poupon dehors. La bordure l’aidera pour qu’il reste assis malgré l’habit de neige, il aura aussi une zone sécuritaire loin des plus grands qui bougent et courent dans la neige.
Vous pouvez aussi suspendre une bâche pour les protéger de la neige tout en les mettant au sol sur une couverture de polar (couper l’humidité).
-Plus tard dans l’hiver, vous pouvez construire un cercle des bébés. Créez une bordure de neige en forme de cercle pour y mettre les bébés, qui s’appuieront sur celle-ci pour tenir mieux assis et se voir les uns les autres.
Apportez de la neige dans la maison pour les laisser y toucher.
-Suspendez des jouets qui font du bruit (plats de plastiques, blocs) lorsqu’on les touche pour faciliter le jeu des enfants pris dans leur habit et mitaines. Ils pourront cogner dessus avec leur main ganté pour provoquer le bruit, et répondre au besoin de jeu action-réaction facilement.
Suspendez quelque chose qu’ils pourront observer voler dans les airs lors d’une journée de grand vent. Vous pouvez aussi créer des suspensions de glace à suspendre près des fenêtres pour les regarder de l’intérieur, voir la lumière les traverser etc.
-La neige est un matériel gratuit, disponible en grande quantité. Vous avez toujours rêver d’avoir un module moteur ? Voici votre chance ! Créer de petite marches, de petites bosses pour que vos poupons à quatre pattes puissent tenter de promener, grimper.

La sieste continue d’être un bon moment pour les apporter dehors, puisque lorsqu’ils sont réveillés nous allons vouloir favoriser la possibilité de se déplacer. C’est un besoin très fort vers cette âge. Vous pouvez aussi sortir juste avant la sieste comme moment de relaxer.
-Si les poupons essaient beaucoup de manger de la neige, prévoyez une collation glacé juste avant la sortie dehors: smoothie de fruits par exemple.
-Favorisez le traîneau plat lorsque possible si l’enfant est solide assis. Ça procure une expérience différente et qui sollicitera ses muscles. Se stabiliser avec les mouvements du traîneau, ce n’est pas rien.
– Ne négligez pas l’importance de la période d’habillage. Autonomie. Vocabulaire (corps humain). Voyez-le comme une activité et non quelque chose qui doit être réglé vite vite.
Votre quartier est un monde merveilleux, surtout l’hiver avec toutes les décorations de Noel lumineuses. Permettez-leur de regarder aussi longtemps que leur regard reste fixé sur une décoration. Ralentissez et arrêtez.
Célébrez les contrastes: Des couvertures chaudes, des coussins, et on se colle pour lire des livres en entrant de dehors. L’hiver c’est le froid mais aussi la chaleur retrouvé lorsqu’on entre dedans.
-Aménagement: Mettez des habits de neige taille nouveau-né dans la salle de jeu pour pouvoir habiller les poupées. Des mitaines et bottes propres pour jouer dans la salle de jeu sont aussi bien populaires.
-Lorsque possible, modifier temporairement l’aménagement pour vous rapprocher du dehors, même dedans. Approchez une table près de la fenêtre pendant une tempête de neige pour dîner avec vue sur la saison par exemple.

J’aurais pu continuer longtemps, mais j’ai envie de vous dire, suivez votre instinct, observez la nature et partagez avec votre bébé ou ceux donc vous prenez soin un quotidien curieux et simple.

Zoé L-Sirois

Besoin de brainstormer et trouvez des idées qui correspondent à ta famille ou ton milieu? Écris-moi.

Vous pourriez aussi aimer lire:

20 expériences stimulantes dans la nature pour les 0-2 ans. Dehors les bébés !

Le bain libre

Le jeu libre est stimulant et éducatif. / Éduquer sans planifications mensuels thématiques



Le panier du matin: pour faciliter la routine.

Je veux vous partager un truc pour simplifier la routine du matin. L’idée est simple: je garde un panier dans la cuisine qui constitue la “maison” de tout ce qui sert à prendre soin, les cheveux, les ongles, la peau, les lèvres… Chaque matin je le sort sur la table et ça me permets d’aider tout le monde à se préparer.

Dans la journée, quand je trouve une barette ou un élastique qui traîne, voir une brosse, je l’apporte dans la cuisine pour le serrer (la cuisine étant l’endroit centrale de ma maison, c’est hyper logique et simple pour moi.)

À côté de ce panier, j’ai le panier de bas. Si on se prépare à sortir, en 10 secondes près de l’entrée j’ai ce qu’il faut pour repeigner au besoin, mettre les chaussettes et voilà !

J’ai cinq enfants alors partir dans la salle de bain pour coiffer c’est peu pratique. Ça me permets de passer des déjeuners aux soins en restant près des premiers pour superviser.

Mettre les choses là où je les utilise logiquement le plus souvent c’est tellement facilitant !

Zoé

Apprendre à lire et compter par le jeu – Matériel pour la maternelle / première année

J’avais envie de vous partager une partie du matériel que j’ai utilisé pour la maternelle.
(Quand j’utilise le terme maternelle, disons que c’est très fluide entre 4 et 6 ans selon le tempérament de chaque enfant.)

Pour y aller plus clairement : ce sont des outils pour introduire ou consolider différents éléments autour entres autres de la lecture et la numératie. Plusieurs seront de nouveau utilisé en première année, c’est un continuum.

D’abord, je veux expliquer ma philosophie. Pour nous, apprendre c’est quelque chose de très organique et lié au quotidien. Personnellement je considère que c’est mon travail de faire la recherche, de comprendre les objectifs (pareille comme je le fais en petite enfance en favorisant le jeu libre), pour voir les opportunités et ensuite proposer du matériel intéressant. Ici, ce sont des jeux achetés mais sachez que ce n’est pas la seule route possible. Aussi, vous verrez beaucoup de matériel, mais rappelez-vous que c’est réparti sur plusieurs mois.

En maternelle (et plus tard), le jeu libre devrait occuper une grande partie des journées de vos enfants. Les aventures dehors pour découvrir le monde qui nous entoure. Introduire le carnet de la nature. L’art. Le beau. Introduire un rythme de vie. Favoriser la curiosité. Prendre le temps et dire oui plus souvent aux demandes des enfants, c’est un bon point de départ.

J’ai choisi du matériel qui permets de jouer, parce que je ne crois pas qu’apprendre se fasse uniquement dans le trio cahier-crayon aiguisé et chuuutt on se concentre (Ici je dramatise hein, sachez que plusieurs écoles se sont également éloignés de cette façon de faire ;))

Je vous présente ici du matériel qui a fait dire “oui!” à mes enfants lorsque je l’ai proposé, parce qu’il répondait à leurs besoins à ce moment-là. Cependant, ce n’est pas “tout” ce qu’ils ont appris car il est impossible de trier chaque moment de nos journées entre “éducatif” et “non-éducatif”. J’ai tenté de retrouvé dans ma maison ce qui était le plus proche, utilisé le plus souvent. 😉

Apprendre à lire, compter, raisonner, ça se passe d’abord en étant immergé dans un monde où ces outils sont utilisés quotidiennement. Un exemple rapide: Si je nomme les chiffres du numéro de téléphone de mamie et laisse mon enfant appuyé sur les chiffres correspondants, bien il apprends à reconnaître les nombres. La vie d’apprenant est faite de dizaines d’opportunités du genre, le travail du parent est alors de les reconnaître et les favoriser.;).

Je voulais aussi ajouter que ma fille étant un bébé d’automne, nous sommes un peu à cheval entre les deux niveaux. 😉 Suivez le rythme du votre.

Vers la lecture

Nous sommes au tout début de l’apprentissage de la lecture présentement et je vais vous dire que c’est une des choses les plus extraordinaires que j’ai vues. Voir mon enfant fusionner des lettres et lire sa première syllabe. Wow ! Comme beaucoup de parents, je l’imagine, je voyais la lecture comme un apprentissage réellement plus intense que les autres. Nous savons tous (ou presque) lire, mais comment est-ce qu’on en arrive là ? Je n’ai pas toutes les réponses, et je n’ai pas encore parcouru tout le chemin, mais je vous partage du matériel qui m’a permis de croire que ce chemin peut se faire par le jeu et le quotidien. Comme maman, je suis capable d’accompagner mon enfant dans son apprentissage de la lecture !

  1. Des livres, beaucoup de livres incluant de la lecture à voix haute. De beaux livres. De la poésie. Du vocabulaire riche. C’est une des choses les plus importantes.
  2. Jeu pour la conscience phonologique La pêche aux sons de Placote. Travailler la conscience phonologique, c’est la première étape avant de penser aller plus loin dans l’apprentissage de la lecture. Nous y avons consacré plusieurs mois au début de la maternelle. Pour certains enfants, c’est presque instinctif, pour d’autres, il faut y aller vraiment avec conscience.
  3. Matériel maison pour la conscience phonologique que j’ai fabriqué pour introduire ces concepts autour des repas.
  4. Alpha-bêtes de Placote (Cliquez pour un article complet sur celui-ci). Un petit jeu vraiment sympathique pour le nom des lettres en majuscule et minuscule. Personnellement, je l’ai utilisé plus tard dans l’année, lorsque les sons étaient déjà acquis via les alphas. Je voulais prioriser le son avant le nom.
  5. Des cartes rugueuses de l’alphabet. J’aime bien les utiliser pour le côté sensoriel, je les utilise comme référence pour leur apprendre à former les lettres sur papier ou dans les airs. Mes enfants aiment les manipuler. Elles sont assez solides donc on peut les laisser à hauteur des tout-petits.
  6. Lettres de l’alphabet magnétiques. On sort du dessus du frigo et on les utilise partout avec des plaques à biscuits. À considérer : c’est difficile de les utiliser si un plus jeune est dans la maison. J’ai bien aimé parfois laisser des mots ou syllabes mystères sur le frigo qu’elle devait deviner le matin aussi..
  7. Les alphas. Il s’agit du programme d’apprentissage de la lecture que j’ai choisie après avoir d’abord voulu essayé enquête au village des sons. Ce que nous aimons particulièrement de celui-ci c’est l’attachement développé pour les personnages. Ça rend facile de retenir ensuite leurs chants, puisque ce sont presque des amis, des figurines 3d. C’est particulièrement bien fait, chaque détail a été pensé et repensé. Nous avons surtout utilisé les personnages et l’histoire de base que j’ai intégrés ensuite dans plein d’idées de jeux “maison”. J’ai bien aimé avoir le guide du maître pour commencer, bien que nous nous en sommes éloignés. Le programme est vraiment cher, mais pour notre enfant, ça a fait toute la différence. Cependant, il n’est pas parfait au niveau VEO.
  8. Colima-sons. Pour intégrer davantage les graphèmes, c’est un jeu de cartes qui propose différents jeux à utiliser en mettant de l’avant ceux que l’on souhaite pratiquer. Mes enfants ont du plaisir pour vraie, et je trouve que c’est un bel outil pour automatiser un peu ceux-ci. De temps en temps, j’en introduis un nouveau (comme on, ou, en bricolant une histoire d’alphas ou en utilisant celle déjà prévue.)
  9. Des cahiers, des carnets, des fiches index, un tableau blanc.. En écrivant ce qu’ils disent régulièrement, leurs idées de chansons, d’histoires, dans leur carnet de la nature et en créant des occasions de copier des mots pour eux.

Pour la première partie de la première année, je veux aussi prendre le temps de sélectionner des histoires dans nos livres d’histoire, préhistoire, etc. sur les origines de l’écriture. J’ai envie de partir de la base et de nous y intéresser pour que tout soit plus significatif. Je reviendrai dans un prochain article sur la première année en détails, j’ai récemment fini de planifier les premiers mois.

Compter

  1. Un cahier des mesures et du matériel varié pour mesurer, chronométrer. Ceci est notre cahier des nombres. Nous y notons des nombres intéressants : nombre de pas de géants pour traverser la rue, hauteur d’une telle plante, temps des jeux d’eau. Pour jouer avec les nombres et aussi avec différents outils de mesures.
  2. Du matériel de manipulation varié. Ici j’ai mis des boutons en bois mais c’est parfois des roches, des cocottes etc. Pouvoir toucher, bouger, peser les objets c’est essentiel selon moi.
  3. Des livres, oui, même en numératie. Ici aussi, j’ai du matériel rugueux via un livre de Balthazar 😉 J’ai un immense coup de cœur pour le grand livre à compter qui permets de jouer avec beaucoup de vocabulaire, décomposer les nombres. Je l’ai emprunté via la bibliothèque, mais je l’aime pas mal.
  4. Des jeux de logiques, des jeux de société pour compter, des jeux maisons. Les jeux de société sont un terrain de jeux magnifiques pour les mathématiques. Compter sur le dé, planifier ses déplacements etc. On peut varier en trouvant des jeux qui demandent deux dés pour les nombres jusqu’à 12 par exemple. Singes en fuite est un des jeux préférés de mes enfants et il permet de développer la planification, le coté cognitif. Je vous recommande de regarder du côté des marques Placote, Smart games, Thinkfun, Foxmind pour des jeux qui développent l’esprit mathématique, l’esprit logique etc.
  5. Du Matériel pour compter dehors, utiliser les nombres hors de la maison. Pour des idées autour de ce thème, il y a le curriculum Wild Math remplis de bonnes idées. Seul détail: les objectifs ne sont pas tout à fait pareilles que le programme québécois. Il faut en tenir compte dans notre choix des activités proposés.
  6. Des chansons numériques (en variant, certaines pour compter en ordre croissant ou décroissant, soustraire ou additionner etc.) J’en ai trouvé plusieurs que j’ai apprise via le livre “Poissons, grenouilles et papillons“. D’autres viennent du matériel d’Hélène Besnard (absolument magnifique!).
    7. Le mouvement. OK, ce n’est pas du matériel mais je voulais simplement mentionner que je crois qu’il faut absolument bouger, s’animer en comptant. Lancer des ballons sur le mur pour atteindre des cibles et crier le chiffre. Sauter sur une marelle. Faire un décompter et sauter en bas de quelque chose. Compter devrait être vivant.
    8. Des affiches de nombres qui ont de la profondeur, crées avec l’enfant et lentement au fil du temps pour s’approprier chacun en y associant quelque chose.

    J’aurais pu continuer longtemps, cependant je voulais simplement faire un petit tour rapide des ressources que nous avons particulièrement appréciés. Si vous voulez voir un peu plus de nos apprentissages plus régulièrement, vous pouvez me suivre via Instagram et Facebook. J’en partage dans les story.


    Zoé

Divulgation : J’ai reçu certains des jeux dans le cadre de collaborations (#produitreçu), cependant mon avis reste le mien.

J’ai testé le nouveau jeu “Alpha-bêtes” de Placote

Les jeux incorporant l’alphabet sont un des thèmes qui revient souvent: voilà bien un des apprentissages qu’on souhaite rendre plus intéressant/amusant.

J’avais bien hâte de découvrir la proposition de Placote à ce sujet et j’étais très enchantée de découvrir alpha-bêtes dans mon courrier postal. Je l’ai reçu en cadeau pour le tester.

Pour vous donner une idée, présentement j’ai deux enfants dans l’âge cible soit Alice 4 ans et demi, qui sera en maternelle en 2022-2023 (bébé d’automne !) et qui reconnaît plusieurs lettres et sons grâce aux alphas (c’est une méthode de lecture). Charlotte, 6 ans et demi est de niveau maternelle (à la maison), elle reconnaît toutes les lettres, mais connaît davantage leurs sons que leurs noms. Aussi, elle reconnaît davantage les minuscules que les majuscules. Ps: Sur les photos, c’est mon mari mais j’ai joué aussi plusieurs parties avec chacune.

Ce jeu tombait à point pour nous parce que je voulais introduire davantage les noms des lettres bientôt.

D’abord, laissez-moi vous parler de la mécanique de jeu. Il existe deux façons de jouer + 2 niveaux de cartes.

Dans le niveau 1, les cartes représentent les lettres en majuscules. Dans le niveau 2, les lettres sont écrites en majuscule et minuscules. La mécanique fait penser à un jeu style loto: chacun son tour pige une carte et la lettre écrite sur la carte dois être retrouvée sur la fiche d’un des joueurs. Là où le jeu va plus loin, c’est dans la suite. Chaque lettre est associée à un symbole qui permet d’avancer sur le plateau.

L’objectif est celui-ci : le loup ou un animal arrivera en premier à la maison de grand-mère pour manger le petit chaperon rouge (!) ou la prévenir du danger imminent. D’ailleurs, chez moi, quand un enfant gagne, il chuchote :”Ce n’est pas ta grand-mère mais un loup !”

La réaction des enfants a été unanime: ils s’amusaient.

Moi, j’ai rapidement remarqué plusieurs bons cotés de ce jeu.

  • Les cartes alphabets sont simples et le léger cadrage fleuri permit de les mettre à l’endroit presque instinctivement. Si les fleurs sont à l’endroit (en bas), les lettres le sont.
  • La cabane en 3d ajoute une dimension intéressante au jeu et rends le plateau encore plus intéressant.
  • Le jeu permet à l’adulte de nommer les lettres même si l’enfant ne les connaît pas encore.
  • Dans le premier jeu, il faut reconnaître en utilisant la discrimination visuelle (trouver le pareil) donc c’est accessible même sans connaissance de l’alphabet. À force que l’adulte répète chaque fois le nom de la lettre, l’enfant apprend au travers du jeu. Dans le deuxième jeu, le joueur dois nommer la lettre (donc la reconnaître et y associer son nom) et les autres joueurs doivent l’identifier par son nom sans la voir.
  • J’aime le fait qu’on isole ici l’apprentissage de l’alphabet dans un jeu qui ne demande pas de dénombrer. Comme on avance avec des symboles, les enfants qui ont plus de difficultés avec les nombres peuvent jouer et avoir du plaisir aussi plutôt que de devoir relever plusieurs défis simultanément.
  • Le symbole pousse également l’enfant à bien regarder la lettre puisqu’il dois avancer selon le symbole associé à la lettre. Plutôt que de juste se souvenir qu’il a “P”, il dois retourner vérifier le symbole associé à P.
  • Les enfants ont hâte qu’on tourne la carte suivante pour découvrir qui avancera, c’est vraiment amusant pour eux! C’est comme une petite adrénaline le fun et on en ajoute en jouant le jeu de façon théâtrale: “mais qui va avancer ensuite? Oh non! Le loup est près!”

Les cartes de l’alphabet peuvent être utilisés de différentes façons pour créer d’autres jeux.


Par exemple: jeu de mémoire, associer majuscule et minuscule, associer les lettres à des lettres 3d en bois ou les alpha, les mettre en ordre pour chanter l’alphabet, traçage dans le sel, une chasse au trésor d’un objet commençant par une lettre qu’on vient de piger etc.

Une fois nos parties terminées hier, j’ai justement profité de l’intérêt de Charlotte pour continuer à jouer avec les cartes. Elle les a placées en ordre et a associé les alpha. Elle était hyper motivée.

Bref, en résumé c’est un très bon jeu pour introduire et jouer avec l’alphabet et le nom des lettres qui allie plaisir et apprentissages !

Transparence: J’ai reçu gratuitement ce jeu en échange de mon opinion honnête.

« Articles précédents Articles plus récents »