Cinq minutes pour jouer - Zoé L-Sirois

Et s'il était possible de faire différement? bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Catégorie : histoires

L’histoire d’attrape-moi si tu peux

Les enfants ont toute sortes de stratégies pour communiquer, faire savoir leur besoin et y obtenir réponse. Surtout chez les plus jeunes, on pourrait facilement mal percevoir leurs actions..

Cette anecdote se déroule à la toute fin de la collation. L’enfant de 2 ans concerné vient de finir de manger une orange et l’étape suivante souhaité par l’adulte consiste à suivre la fameuse suite collation laver les mains laver la bouche et on joue.

Au moment de sortir de table, il court prendre une autre orange en me fixant du regard. Je lui demande de la déposer dans le panier à fruit et c’est à ce moment qu’il se place en position “nananinanère” (chez nous ça sonne plus lalalala), avec une main qui tiens l’orange, le corps qui se balance.

Sa demande silencieuse c’est : attrape-moi si tu peux.

Ma première pensée c’est : oh, il est reparti, il se moque de moi?!?

Et puis, arrive 2 secondes après la deuxième pensée. Mon cerveau me souffle regarde davantage. Qu’est-ce qu’il fait? Qu’est-ce qu’il veut?

Il veut que je le poursuive.
Ce n’est pas à propos de l’orange numéro je ne sais plus quoi.

Il veut jouer. Il sait comment provoquer le jeu, il connaît la suite logique.

Alors, je m’exclame sur un ton joueur:”Tu veux que je t’attrape ? ;)”

Il dit :”oui!”

“Dépose l’orange dans le panier pour que je puisse courrir t’attraper!”

Il la dépose rapidement, l’orange devient un obstacle évident au jeu qu’il souhaite vivre. Il s’élance. Je l’attrape. On recommence quelques fois.

Le besoin est comblé et plus tard dans le jeu, je lui dirai: “Tu peux me demander attrape-moi ! si tu veux jouer à te faire attraper.”

Je garde en vue une meilleure stratégie, une demande plus efficace pour lui, pour l’aider à avoir ce qu’il veut.

Ce qui ressemble à “défier” est un comportement acceptable dans la circonstance du jeu, il a appris à remuer les fesses en faisant lalala en jouant à se poursuivre et à l’ogre avec ses soeurs. Il est important de percevoir le jeu pour ce qu’il est: un jeu hors contexte. Son corps a envie de cette poussée d’adrénaline du jeu de poursuite, il trouve une façon de le provoquer.

Par contre, je ne l’aurais pas attraper avec l’orange dans les mains parce que je voulais vraiment séparer les deux. Range le fruit et ensuite on joue, c’était important pour moi.

D’autres histoires de discipline:

Sortir de la dynamique du faire faire / La poussette parapluie

L’histoire du verre de lait (et de la crème glacée pour déjeuner)

L’histoire d’un verre d’eau 

Zoé

La fée Lily et l’étrange champignon

Pour mes enfants (les petits, disons 3-6 ans), j’ai pris l’habitude d’écrire des histoires. Le personnage principale c’est Lily, une fée gaffeuse et attachante. Ce sont des histoires simples, sans prétention, mais qu’ils apprécient. Pour normaliser ce qu’ils vivent, j’ai commencé une série sur Lily et un étrange champignon qui affecte son quotidien. Je partage d’ailleurs une histoire de Lily dans ma planification du printemps.

Il n’y a pas d’images parce que je ne peut pas me permettre présentement d’acheter les droits sur des images pour les distribuer sur mon blog, sachez que pour mon usage personnel, je vais remplacer certains mots par des images pour créer une histoire dans laquelle l’enfant devine des mots pour plus d’implication. 🙂

La fée Lily et l’étrange champignon

Cette histoire débute lors d’une journée de printemps bien ordinaire. Tout semblait comme d’habitude, sans exception. Lily avait déjeuné, joué, sortit dehors et maintenant elle attendait le retour de papa avec impatience. Ce matin, elle avait remarqué sur le calendrier que c’était le jour de la semaine ou ils allaient au supermarché. Lily adorait faire l’épicerie avec papa, surtout qu’il lui laissait toujours choisir le fruit de son choix.

Voilà que ce soir-là, papa lui annonça qu’il irait seul faire les courses. « Dehors dans la forêt, a-t-il dit, il y a un champignon, un champignon qui rend les gens malades. Pour te protéger, tu devras rester à la maison Lily. »

Lily était bien déçue, jusqu’à ce qu’elle aille une idée ! Elle sortit sa baguette magique « Baguette, Baguette, transforme le salon en épicerie !! Et zoum ! » Lorsqu’elle ouvrit de nouveau les yeux, son salon s’était transformé en marché d’alimentation : le panier de lessive remplaçait le panier d’épicerie, des fruits et légumes étaient dans les étagères à la place des jouets. Si elle ne pouvait pas aller à l’épicerie, alors elle ferait semblant. C’était décidé ! Elle se sentait déjà plus heureuse maintenant qu’elle avait trouvé une solution.

Deuxième problème à résoudre : comme elle ne pouvait pas choisir de fruits, elle les ferait apparaître avait-elle ensuite décidé ! « Baguette, Baguette, je veux des bananes, beaucoup de bananes! Et Zoum ! »
Oh. Oh. La fée Lily a fait une erreur et elle va devoir la réparer !! Dès qu’elle eut fini de prononcer sa formule, des bananes apparurent PARTOUT. Des bananes dans la cuisine. Des bananes dans le bain et dans la toilette !! Partout où elle regardait, il y avait des bananes ! Oh non !! Vite Lily !! Elle reprit sa baguette et fit disparaître tous les fruits jaunes !! Ouff…. Elle pouvait de nouveau jouer.

Toute la soirée, Lily joua et lors du moment de se coucher, elle avait déjà oublié sa déception initiale…  Bonne nuit, Lily !