Cinq minutes pour jouer - Zoé L-Sirois

Et s'il était possible de faire différement? bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Catégorie : Activités 5-10 ans (page 1 de 3)

Le glaçon

Pour profiter du temps très froid de ces derniers jours, voici une suggestion: expérimenter la formation des glaçons et glaces.

Hier, j’étais dehors quand une de mes filles a remarqué que les glaçons se formaient très vite aujourd’hui : à preuve, les glaçons qui avaient été pris sur le bord du toit par les enfants commençaient déjà à se reformer…Une idée a alors germé dans mon esprit: et si on tentais de fabriquer des glaçons?

Voir la goutte glacer en mouvement est très intéressant, et ça ravit les enfants à chaque fois. On peut aussi simplement s’amuser à voir glacer instantanément ou presque de petites gouttes. Nous avons essayé différentes façons d’accélérer le phénomène. Plusieurs angles à aborder: on choisir le meilleur endroit (à l’ombre, froid au toucher), commencer par observer les glaçons déjà présents dans l’environnement et réfléchir à leur formation…Ensuite, avec compte-goutte ou bouteille à pression, nous créons un glaçon une goutte à la fois.

Zoé

Une collation d’Halloween pour parler des formes

J’aime bien utiliser la collation, moment de rassemblement régulier, pour proposer ce genre d’activités de façon plus naturelle.

Les clémentines d’halloween sont une tradition ici. Je les décore chaque année et elles font toujours sourire les enfants. J’en profite pour initier les enfants au vocabulaire des formes: ” ta citrouille a un nez losange !”.

On peut aussi les dessiner avec eux et utiliser un dé (on dessine une forme sur chaque côté) et on tente de décorer notre citrouille selon les formes obtenues.

Finalement, on peut mettre les clémentines au centre de la table et tenter de faire deviner aux autres celle qu’on regarde en la décrivant : “Je vois une citrouille avec des yeux triangle, un nez rond et 4 dents pointus!”

À vos clémentines ;).

(J’ai utilisé des mots étiquettes qu’elle reconnaît pour créer cette phrase blague pour Charlotte et elle a bien rit.)

Zoé

20 expériences stimulantes dans la nature pour les 0-2 ans. Dehors les bébés !

20 apprentissages qui se produisent naturellement dans la cuisine

Repenser la stimulation au quotidien / Slow life et simplicité, une réponse naturelle aux besoins de l’enfant

J’ai testé le nouveau jeu “Alpha-bêtes” de Placote

Les jeux incorporant l’alphabet sont un des thèmes qui revient souvent: voilà bien un des apprentissages qu’on souhaite rendre plus intéressant/amusant.

J’avais bien hâte de découvrir la proposition de Placote à ce sujet et j’étais très enchantée de découvrir alpha-bêtes dans mon courrier postal. Je l’ai reçu en cadeau pour le tester.

Pour vous donner une idée, présentement j’ai deux enfants dans l’âge cible soit Alice 4 ans et demi, qui sera en maternelle en 2022-2023 (bébé d’automne !) et qui reconnaît plusieurs lettres et sons grâce aux alphas (c’est une méthode de lecture). Charlotte, 6 ans et demi est de niveau maternelle (à la maison), elle reconnaît toutes les lettres, mais connaît davantage leurs sons que leurs noms. Aussi, elle reconnaît davantage les minuscules que les majuscules. Ps: Sur les photos, c’est mon mari mais j’ai joué aussi plusieurs parties avec chacune.

Ce jeu tombait à point pour nous parce que je voulais introduire davantage les noms des lettres bientôt.

D’abord, laissez-moi vous parler de la mécanique de jeu. Il existe deux façons de jouer + 2 niveaux de cartes.

Dans le niveau 1, les cartes représentent les lettres en majuscules. Dans le niveau 2, les lettres sont écrites en majuscule et minuscules. La mécanique fait penser à un jeu style loto: chacun son tour pige une carte et la lettre écrite sur la carte dois être retrouvée sur la fiche d’un des joueurs. Là où le jeu va plus loin, c’est dans la suite. Chaque lettre est associée à un symbole qui permet d’avancer sur le plateau.

L’objectif est celui-ci : le loup ou un animal arrivera en premier à la maison de grand-mère pour manger le petit chaperon rouge (!) ou la prévenir du danger imminent. D’ailleurs, chez moi, quand un enfant gagne, il chuchote :”Ce n’est pas ta grand-mère mais un loup !”

La réaction des enfants a été unanime: ils s’amusaient.

Moi, j’ai rapidement remarqué plusieurs bons cotés de ce jeu.

  • Les cartes alphabets sont simples et le léger cadrage fleuri permit de les mettre à l’endroit presque instinctivement. Si les fleurs sont à l’endroit (en bas), les lettres le sont.
  • La cabane en 3d ajoute une dimension intéressante au jeu et rends le plateau encore plus intéressant.
  • Le jeu permet à l’adulte de nommer les lettres même si l’enfant ne les connaît pas encore.
  • Dans le premier jeu, il faut reconnaître en utilisant la discrimination visuelle (trouver le pareil) donc c’est accessible même sans connaissance de l’alphabet. À force que l’adulte répète chaque fois le nom de la lettre, l’enfant apprend au travers du jeu. Dans le deuxième jeu, le joueur dois nommer la lettre (donc la reconnaître et y associer son nom) et les autres joueurs doivent l’identifier par son nom sans la voir.
  • J’aime le fait qu’on isole ici l’apprentissage de l’alphabet dans un jeu qui ne demande pas de dénombrer. Comme on avance avec des symboles, les enfants qui ont plus de difficultés avec les nombres peuvent jouer et avoir du plaisir aussi plutôt que de devoir relever plusieurs défis simultanément.
  • Le symbole pousse également l’enfant à bien regarder la lettre puisqu’il dois avancer selon le symbole associé à la lettre. Plutôt que de juste se souvenir qu’il a “P”, il dois retourner vérifier le symbole associé à P.
  • Les enfants ont hâte qu’on tourne la carte suivante pour découvrir qui avancera, c’est vraiment amusant pour eux! C’est comme une petite adrénaline le fun et on en ajoute en jouant le jeu de façon théâtrale: “mais qui va avancer ensuite? Oh non! Le loup est près!”

Les cartes de l’alphabet peuvent être utilisés de différentes façons pour créer d’autres jeux.


Par exemple: jeu de mémoire, associer majuscule et minuscule, associer les lettres à des lettres 3d en bois ou les alpha, les mettre en ordre pour chanter l’alphabet, traçage dans le sel, une chasse au trésor d’un objet commençant par une lettre qu’on vient de piger etc.

Une fois nos parties terminées hier, j’ai justement profité de l’intérêt de Charlotte pour continuer à jouer avec les cartes. Elle les a placées en ordre et a associé les alpha. Elle était hyper motivée.

Bref, en résumé c’est un très bon jeu pour introduire et jouer avec l’alphabet et le nom des lettres qui allie plaisir et apprentissages !

Transparence: J’ai reçu gratuitement ce jeu en échange de mon opinion honnête.

Des jeux de sociétés à imprimer et une banque d’idée de jeux actifs.

Bon samedi matin!
Je vois et reçoit régulièrement des ressources pour aider les parents pendant la covid-19. Je vous présente donc ici, plusieurs ressources intéressantes que j’ai trouvé cette semaine.

Asmodee Canada propose, sur son site web, des versions à imprimer de plusieurs de ces jeux de société. Vous y trouverez des jeux tels que Dobble, Catan, Timeline et même un jeu d’évasion ! Leurs jeux sont particulièrement intéressants et amusants comme les versions réelles et procureront certainement beaucoup de plaisir à plusieurs familles.

Actifs pour la vie, un organisme à but non-lucratif propose de son coté une foule d’idées pour tous les ages, afin de faire bouger nos enfants. Un gros plus, c’est que la majorité des activités utilisent du matériel de la maison comme.. des chaussettes ou des craies. 🙂


D’autres articles autour de ce thème:
En temps de crise, nos enfants ont besoin des livres plus que jamais / 5 raisons d’intégrer la lecture pendant le confinement

5 ressources très pertinentes pour les parents (Covid-19)

Deux initiatives intéressantes pour nos enfants / La grande journée des petits entrepreneurs et #OnCuisineEnFamille

Avril: Apprendre à coudre au préscolaire


La couture est une activité particulièrement apprécié des enfants parce qu’elle leur permets une grande liberté de création. Ils sont très fiers de sentir qu’ils peuvent créer quelque chose de tangible (un petit toutou, un napperon, voir une décoration pour leur chambre.) D’ailleurs, le produit finis envisagé participe beaucoup à la motivation de l’enfant. Dans la pédagogie Waldorf, coudre est utilisé pour intégrer des notions scolaires comme les mathématiques et c’est ce que j’aimerais faire à long terme. Au préscolaire, nous en sommes au tout début et voici ma méthode progressive pour initier leurs petits doigts à manipuler l’aiguille.

La première étape : comprendre le mouvement.

Avant même de penser mettre une aiguille dans les mains de l’enfant, il faut créer un intérêt et rendre cette activité normale pour eux. Si les enfants apprennent c’est d’abord par l’exemple et l’envie de faire comme les adultes de leur entourage. Coudre devant ses enfants des projets simples participe à stimuler leur intérêt.

Pendant que je couds, j’offre d’abord des cartes à lacer aux plus jeunes. Être capable de passer le lacet dans un trou puis le suivant, c’est le début de la compréhension du mouvement de base de la couture. Les cartes à lacer peuvent être fabriqués avec du carton épais, un poinçon, un lacet et un petit bout de bois comme “aiguille”. On peut en faire dans des formes qui sont familières pour nos enfants comme un rond décoré en pizza, une forme d’écureuil.. Je vais également laisser les bambins farfouiller dans un panier avec des tissus variés (ce qui est super stimulant sur le plan sensoriel.)

Vivre l’expérience sur les genoux de maman

Plutôt que de simplement me voir coudre, je vais inviter mes enfants à s’asseoir sur moi. Mon objectif étant qu’ils ressentent le mouvement à travers mon corps. Ils vont observer de près ce que je fais, s’habituer au mouvement de mes mains et de tout mon corps. C’est une étape bien importante. Je vais également chantonner  ou décrire une petite histoire associé aux mouvements pour leur donner encore plus d’importance.

La première couture

C’est sur une assiette en carton que se feront les premiers points de couture de l’enfant. Je trace une forme simple (comme un poisson) et utilise un fil de broderie épais. L’enfant sera d’abord guidé par des points lui montrant où piquer. 

Compléter ce projet peut prendre 1 heure ou six mois. L’enfant délaissera parfois celui-ci longtemps avant d’y revenir, c’est qu’il n’est pas prêt.  On peut ensuite peindre à l’intérieur de nos points de couture pour apporter un autre aspect au projet.

L’évolution 

Je vais ensuite proposer de la feutrine, puis du tissus. Je vais continuer de dessiner des points de repères pour stimuler l’enfant à coudre avec régularité, et parfois l’enfant va ensuite le faire lui-même. Avec le temps, il apprendra à enfiler son aiguille seul puis sera prêt pour apprendre un côté plus technique de la couture. Normalement, ça passe par des projets qui lui tentent et qui le motivent. Mes enfants ont accès à du tissus recyclé pour créer sans limites.

Les premiers projets sont souvent axé sur des choses simples mais utiles, comme une petite sacoche créer avec 2 morceau de feutrine, une étoile pour faire une baguette magique, un napperon..

« Articles précédents