Cinq minutes pour jouer - Zoé L-Sirois

Et s'il était possible de faire différement? bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Les mères de 2018 sont-elles “lâches?”

“En 1900, elles géraient 13 enfants et le ménage sans problèmes.”
.
.
C’est un argument sur lequel je tombe souvent, dans les débats visant à déterminer si les mères à la maison en font assez (!!). Le oui mais ma grand mère avait 15 enfants et faisait tout à la main…
.
Première parenthèse : la plupart des ouvrages traitant de la question vous révéleront que plusieurs de ses mères n’était pas nécessairement heureuses, plutôt épuisés et certaines ont même avoués être soulagés de la perte d’un enfant (parce que ça signifiait moins de travail.) Aussi, elle avaient souvent plus d’aide qu’aujourd’hui.
.
Je n’ai pas envie de jouer à qui est la meilleure, donc je vais laisser au passé les bons et mauvais coups des mères de 1900 pour vous parler de la réalité de certaines mères de 2018.
.
.
Ce que j’en voit, et ce qu’on oublie quand on en arrive au débat ménage ou pas ménage.
.
Beaucoup d’entre elles travaillent. Dans les mères à la maison de mon entourage, au moins la moitié consacrent du temps à une entreprise, un travail de la maison ou plusieurs heures de bénévolat.
.
Elles travaillent fort pour le développement optimale de leur enfants, et sont très informées. Je voit régulièrement des choses merveilleuses dans mon fil d’actualité, des mamans qui prennent le temps de s’asseoir et travailler le langage de leurs enfants ou de rénover une pièce pour l’adapter aux besoins particuliers de ceux-ci.
.
.
Beaucoup ont choisis d’être parent la nuit aussi. C’est facile d’oublier que la simple décision de ne pas laisser pleurer peut avoir une grande influence sur l’énergie d’une maman, parce qu’au lieu de dormir, elles bercent, consolent, nourrient…
.
.
Beaucoup portent une grande attention à des détails. Est-ce nécessaire de faire une belle coiffure à un 2 ans? De vouloir lui faire un look, une chambre à la mode? Peu importe. C’est important pour celles-ci et elles consacrent beaucoup de temps et d’amour à soigner les détails autour de leurs enfants..
.
.
Plusieurs mettent de l’importance sur leur rythme de vie et celui de leurs enfants aussi. Elles veillent à ce qu’ils mangent bien, essaient de nouveaux courants alimentaires qui demandent du temps pour tout préparer bien souvent… Elles s’éloignent du déjà préparé pour offrir du fait maison.
.
Et la liste se continue… Elle est différente selon chaque mère.. chaque mère (chaque père aussi d’ailleurs) as ses propres préoccupations. Influencé par ses enfants, ses croyances ancrés, son entourage. C’est plus complexe que de savoir si le panier de linge est plié ou non….
.
Ça revient un peu au débat sur la mère au cellulaire dans un parc…
.
Moi quand je voit une mère au parc sur son cellulaire, ce que j’en retiens c’est surtout tout ce qui viens avec cette sortie.
.
Avez-vous regardé ses enfants? Ils sont propres, peignés (j’admire secrètement celles qui font des peignures plus complexe que les lulus d’ailleurs!), ont des vêtements, des souliers….
.
Ce qui veut dire que quelqu’un, quelque part a prit le temps. Quelqu’un a acheté ces vêtements, ces souliers (achetés à la course un mardi soir parce que poussée de croissance soudaine), à chanté pour convaincre l’enfant de les mettre, puis à essayée d’occuper le bébé en le mettant devant des blocs pour réussir à préparer un sac à couches. Il ou elle a cherché dans la maison pour trouver une veste pas trop sale pour au cas où il ferait soudainement froid. Puis il a annoncé ” on range! On part pour le parc!” Puis à gérer les différentes réactions à cette annonce selon le tempérament de chacun de ses enfants.
.
Ou peut-être que non. Peut être que la sortie au parc n’était pas vraiment prémédité, qu’elle n’as même pas apporté de sac à couches.. peut être que son regard s’est posé sur des crayolas donc les bouchons étaient encore égarés et qu’elle a déclaré un besoin pressant de changer d’air plutôt que de tomber dans le négatif avec eux..
.
.
.
Peu importe. Les mères en 2017, les pères aussi d’ailleurs, et bien elles ne font pas pareilles que les mères de 1900, mais elles en font tellement aussi..
.
.

“Et chaque fois qu’on les juge sur ce qu’elles devraient faire sans tenir compte de ce qu’elles font déjà, on ajoute sans s’en rendre compte une attente sur leur to-do liste, pis c’est un peu triste parce que cette tâche qui ne comptait pas pour elle avant, et bien maintenant c’est du temps de moins qui l’éloigne du moment où elle pourra prendre cinq minutes pour jouer avec ses enfants… ”
.

1 commentaire

  1. Ton texte amène bien des nuances intéressantes.
    Merci !

Les commentaires sont fermés.