Cinq minutes pour jouer

Simplicité volontaire, bienveillance, parentalité positive et pédagogies alternatives au quotidien.

Menu semaine du 15 février

J’ai sauté quelques semaines où j’improvisait davantage mais voici le menu de cette semaine. J’ai eu un gros lot de piments via flashfood, d’où plusieurs recettes en utilisant.

Soupers
-Courge spaghetti, sauce aux légumes et lentilles fait maison. (Je la fait d’avance et j’en congèle une partie)


-Casseroles patates déjeuners, légumes (piments, oignons, champignons) haricots rouge en sauce rosée.


-Brocoli, carottes, chou-fleur vapeur avec riz brun + légumineuses en bowl. (Le concept des bowl est toujours le même : un féculent, des légumes cuits et crus, des protéines et des sauces au choix.)

-Macaroni de blé entier, sauce orange ou potage orange et pain frais. (C’est un repas de surplus, au cas où un autre prévu ne fonctionne pas.)


– Haricots blancs en purée comme sauce blanche/fromage dans un genre de quesedillas aux légumes. J’adore utilisé les haricots blancs pour leur côté crémeux.


-Tofu panné, salade, crudités. (Une recette vraiment simple mais ça fait plaisir aux enfants. Du tofu enrobé de farine et d’épices, cuits dans la poêle)

– Plaques de légumes et pois chiches grillés (une autre recette très simple: des légumes, des pois chiches, de l’huile et des épices.)

Dîners
– Egg rolls en bol / une idée avec du choux.
– Spaghetti terriaki aux edanames
– Sandwich grillé à l’humus et légumes grillés
-Assiettes pic niques
– Patates douces garnies (de nos restants déjà cuits de légumineuses etc 😉 )
– Restants


À cuisiner
-Pêches dans le “sirop” pour accompagner du gruau (ce sont des pêches que j’avais congelé en saison d’abondance).
-Muffins aux petits fruits (fruits congelés à passer 😉 )

Cultiver les relations dans la fratrie / des idées d’activités

C’est la St-Valentin cette semaine, et pour nous c’est une fête de famille pour laquelle nous avons un ensemble de tradition. Ça m’a donné envie de vous parler d’idées à incorporer pour solidifier les liens entre nos enfants. C’est qu’on parle souvent d’activités pensées pour apprendre les chiffres, les lettres ou développer plein d’habiletés, mais selon moi, l’être ensemble est quelque chose qui mérite notre attention.

Avoir plusieurs enfants, c’est gérer un nombre impressionnant de dynamiques de relations parce que chacun d’eux a des caractéristiques individuelles, des besoins (éphémères ou non), etc.. Bref, disons que favoriser des relations positives, c’est très présent chez moi.

Le souper-service

C’est une activité que je propose environ 3 ou 4 fois par année, et les enfants sont toujours enthousiasmés. Le principe est simple: chaque enfant pige le nom d’un autre enfant et va préparer son assiette. Je choisis un repas qui demande un assemblage (tacos aux haricots noirs avec plusieurs garnitures, pizzas, etc.). Tout est disposé sur le comptoir, et chacun à son tour, il va aller servir l’enfant pigé. Il va devoir communiquer avec lui afin de vérifier s’il désire un peu, moyen, beaucoup de chaque élément.

Objectif: Prendre l’habitude d’écouter l’autre, de respecter ses demandes et de s’appliquer pour lui.

Créer un affichage pour souligner les forces et traits de personnalité

Une fois nous avons fait un tableau de qualités/habiletés des membres de la famille. Alice qui avait alors +-18 mois avait reçu comme qualité reconnue par ses sœurs :” elle fait bien le rôle du bébé quand on joue.” 😂 le but de cette démarche c’est de réfléchir ensemble aux traits de personnalités qui démarquent chaque individu. On soulignera que X dessine bien, qu’y est doué pour jouer avec les petits. On a tendance à remarquer surtout le négatif (l’enfant maladroit, l’enfant grognon) et même si c’est seulement pour rire, ça en vient parfois à prendre beaucoup de place dans l’image de soi de l’enfant. Si pour lui, sa place dans la fratrie c’est celui du chialeux, et bien il risque de rester dans son “rôle”. Aussi, ensuite, on va tenter de miser sur ses forces au quotidien (ton toutou est brisé? Vérifie si X peut la coudre, elle est très bonne pour coudre !” )

Objectif: Reconnaître positivement la place de chacun dans la famille en tenant compte de ses habiletés, traits de personnalité.

En équipe, en équipe, en équipe.

Pour les plus jeunes, j’essaie régulièrement de proposer des activités dans lesquels ils sont en équipe contre moi / le jeu. Il peut s’agir de jeux de société collaboratifs, de jeux inventés (comme l’ogre !) ou simplement de tâches plus quotidiennes (faire une recette, laver la table).

Objectif: Qu’ils ressentent que collaborer ensemble, c’est gagnant. Il y a une citation qui dit seul je vais plus vite, ensemble on va plus loin, et je pense que les enfants doivent absolument l’expérimenter. Ensemble, on peut combiner nos habiletés. Ensemble, on est plus rapide. Ensemble, on est suffisamment forts pour gagner contre maman ou papa.

Échange de cartes, traditions et projets communs

Pour la St-Valentin, tous les membres de la famille participent à un échange de cartes qui a lieu lors du fameux souper du 14 février, alors qu’on déplace la table dans le salon pour créer un effet restaurant. Encore une fois, prendre le temps de faire pour les autres renforce les liens mais ça va plus loin que simplement échanger. Régulièrement, nous tenons des conseils de famille et les enfants sont invités à prendre part au choix des traditions, projets de famille. Que ce soit une escapade ou créer une liste de musique contenant tous nos goûts musicaux, le fait d’avoir des projets communs contribue au sentiment d’appartenance et du même coup, à la qualité des relations dans la fratrie.

Sortir de la dynamique du faire faire / La poussette parapluie

“Maman, détache-moi!”
C’est une phrase que j’entends souvent ces temps-ci. Mes enfants jouent avec une vraie poussette parapluie (tellement plus solide !) et certains aiment bien s’y attacher pour plus de réalisme dans leur rôle du bébé. Le problème (qui n’en est pas vraiment un), c’est qu’ils trouvent difficiles de se détacher. Ce qui peut devenir dérangeant quand tu essais de mener à point une tâche et qu’ils tombent dans un jeu de je m’attache, détache-moi.

Ce jeu n’as rien de mal, mais c’est un bel exemple de la nécessité de faire respecter ses besoins dans une optique de discipline positive. Ça m’as fait pensé à comment je tentais beaucoup dernièrement de travailler sur mes actions plutôt que de chercher à faire faire dans ce genre de situations.

Réagir dans l’optique de faire faire, c’est tenter de faire modifier à l’autre une situation qui nous rends inconfortable. Dans ce cas-ci, ça serait probablement du genre de :” mais arrête de t’attacher!!! Sinon je vais serrer la poussette/te laisser attaché dedans jusqu’au souper !”

Ça pourrait aussi être plus subtile, se passer à l’intérieur de l’adulte. Un parent ayant la croyance qu’il doit répondre à toutes les demandes rapidement pourrait le faire malgré qu’à l’intérieur de lui, une escalade se fasse. L’enfant ne le saurait pas, mais chaque demande “superflu” augmenterait la frustration du parent jusqu’à ce qu’il se fâche et tombe dans le faire faire.

Oh, et certains adultes pourraient apprécier jouer à détacher l’enfant 500 fois dans la journée et se sentir bien dans ça. C’est parfaitement valide.

Pour ma part, c’est tout simple (mais ça demande un cheminement); je fais un triage sur les demandes de mes enfants. Mes enfants expérimentent rapidement qu’une blessure me fait interrompre une tâche mais que le “détache-moi!” attends la fin de celle-ci.

Pendant qu’ils attendent, ils apprennent que mes besoins sont valides aussi et ça inclus de prendre le temps de me brosser les dents ou de finir de laver la table. Il se peut que ça influence leur choix de se rattacher immédiatement ou pas, plus qu’une menace lancé en l’air. À long terme, ils apprennent à prendre position pour leurs besoins plutôt que de subir les actions des autres .

J’ai choisis cette situation bien banale mais ça s’applique à plusieurs autres aspects du quotidien avec les enfants.

Bon lundi matin! 

Des idées cadeaux pour le premier anniversaire de Bébé

Mon petit Laurent a eu un an la semaine dernière et j’ai eu envie de vous partager ma sélection de cadeaux pour sa fête. Comme vous vous en doutez, rendus à bébé 5, nous avons déjà plusieurs jouets adaptés à son âge à la maison.

De plus, j’essaie de limiter le nombre de jeux offerts et miser sur la qualité. Comme sa fête était seulement un mois après Noël, nous avons donné un cadeau pour chaque occasion. Voici ce que j’ai choisit + d’autres idées.

Ce que nous lui avons offert

J’ai choisi ce jouet parce que 1) il permet deux utilisations différentes. On peut retirer le xylophone pour l’utiliser seul. 2) Bébé aime bien l’expérience d’aller chercher les balles et les y remettre. Ça répond à un de ses intérêts naturels de mettre dedans. 3) Le son produit par la chute des balles sur le xylophone est très doux.

https://www.pomango.ca/jeux-jouets/magasinez-par-marques/hape/xylophone-et-banc-a-taper/#/product/2818

Comme deuxième cadeau, il a reçu des blocs. J’ai choisi ceux-ci parce qu’ils sont plutôt gros, de la grandeur parfaite pour un enfant d’un an. Il n’y a aucun petit morceau qui pourrait être avalé. J’avais déjà des blocs dans la maison, cependant nous avons déterminé avec les enfants que cet ensemble est celui de Laurent spécifiquement. On peut en faire des tours en jouant avec lui mais on s’attend à ce que Laurent les fasse tomber. 😉

Ces blocs sont du même style de bois et dans les mêmes teintes que l’arc-en-ciel ce que je trouve le fun. 🙂

Une poupée

Dans la semaine précédant la fête de Laurent, j’ai ressorti des photos des fêtes d’un an des autres enfants afin de répondre aux interrogations de ceux-ci sur le déroulement. Charlotte a remarqué qu’elle avait encore la poupée reçue à ses 1 an et a décidé de l’offrir à son tour à son petit frère. 🧡

D’autres idées cadeaux pour un bébé d’un an

  • Un ballon
  • Des tissus
  • Des bols
  • Des livres en carton avec une histoire simple et liée au quotidien des bébés
  • Un livre en carton avec des photos de bébé du monde entier
  • Un cd de musique
  • Des pantoufles (je ne mets pas de bas à mes bébés, je suis définitivement team pantoufles)
  • Des bouteilles sensorielles

Divulgation:
J’ai reçu gratuitement ces jouets dans le cadre de ma collaboration comme blogueuse avec Pomango. Ces opinions sont les miennes, j’ai choisit moi-même ces jouets spécifiquement.

Menu de la semaine 25 janvier

[ ] Salade de lentilles froides (Je n’ai pas encore choisit la recette exacte car je sais que j’ai déjà tous les ingrédients de base. Je pensait à quelque chose de fruitée, avec des clémentines ?)


[ ] Boulettes en ragoût avec patates et carottes


[ ] Végé burgers (champignons, haricots noirs, noix de grenobles) avec salade

La recette vient du livre how not to die cookbook


[ ]burrito bowl : Haricots noirs, salsa, quinoa, avocats et crème sure avec chips de pitas

C’est une recette toute simple tout en un qu’on fait dans l’instapot rapidement et sans grande préparation. J’utilise toujours des légumineuses secs que je fais cuire moi même. Je fais griller des pitas dans le four pour servir avec.

[ ] Bar à bols. Riz brun, couscous, quinoa, différentes légumineuses, oignons rouges, concombres, poivrons, avocats, légumes variés + 2 option de sauce seront au centre de la table. Chacun fait son assiette. Je vais probablement le faire au milieu de la semaine, en prévoyant faire cuire un peu plus de tout ce que je prépare les jours précédents.


[ ] Assiette froide : mangues, fromage, concombres, carottes, céleris, humus ou pois chiches, fruits, craquelins. Cette semaine, j’ai prévu une semaine plus occupée alors voici un autre repas très simple qui va fonctionner sans grande préparations.


[ ] Minis pizzas sur pain naan au goût de chacun, crudités.


[ ] Quesedillas ou wrap haricots blancs et légumes grillés (choux de Bruxelles, champignons, épinards)

C’est un truc que j’aime beaucoup utilisé, on utilise les haricots blancs comme une sauce qui donne un côté crémeux à la recette. Les haricots blancs servent de fromage fondue bref.

« Articles précédents